Cameroun: ARSEL - Les chantiers du nouveau DG

Installé hier par le Minee, Jean Pascal Nkou a été interpellé sur la nécessité d'assurer le contrôle et le suivi du secteur pour garantir les intérêts des consommateurs.

« Je vous déclare installé dans vos nouvelles fonctions ». C'est par cette phrase courte mais lourde de sens que le ministre de l'Eau et de l'Energie (Minee), Gaston Eloundou Essomba a installé Jean Pascal Nkou à son poste de directeur général de l'Agence de régulation du secteur de l'électricité hier à Yaoundé. La cérémonie qui s'est déroulée en présence du ministre délégué auprès du ministre en charge de l'Economie, a constitué la suite logique du décret du 21 août dernier, nommant le Dg.

Les nombreux personnels de l'Arsel mobilisés pour la circonstance ont pu coller un visage au nom dont ils ont entendu parler. Jean Pascal Nkou, ingénieur statisticien économiste de 52 ans, était jusqu'à sa désignation, chef de la Division des analyses et politiques économiques à la Direction générale de l'économie et de la programmation des investissements publics au Minepat. Il totalise 25 ans d'expérience professionnelle, dont 10 passées au Minepat, près de neuf ans au ministère des Finances et cinq ans à l'Ins. Il remplace Jean Pierre Keedi. En l'installant à son poste, Gaston Eloundou Essomba a exhorté le promu à prendre immédiatement le train en marche.

Comme axes prioritaires, il lui a indiqué l'arrimage effectif du calendrier des travaux tarifaires au calendrier budgétaire, la tenue tous les trois mois des travaux tarifaires avec les exploitants et les opérateurs du secteur, la publication sans délai du tarif transport applicable aux utilisateurs du réseau transport et le lancement en urgence de l'appel à manifestation d'intérêt pour le recrutement d'un développeur en vue de la mise en place de la centrale à gaz de Limbe.

Sens du management et de collaboration sont pour le Minee la formule clé pour y parvenir. L'Arsel a été instituée par la loi de 1998, régissant le secteur de l'électricité au Cameroun, complété par celle de 2011 consacrant la libéralisation du secteur de l'électricité. Elle a pour missions, la régulation, le contrôle, le suivi des exploitants et des opérateurs du secteur. C'est dans ce sens que la structure est chargée de veiller au respect des textes législatifs et réglementaires et d'assurer la protection du droit des consommateurs concernant le prix et la qualité du courant. Elle se doit aussi de veiller sur l'accès au réseau et garantir une concurrence saine et loyale chez les acteurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.