Afrique: 10e édition du programme « Pour les femmes et la science en Afrique subsaharienne » - La Fondation l'Oréal renforce son action

Le programme régional pour les Femmes et la science, mené par la Fondation l'Oréal en partenariat avec l'Unesco en Afrique subsaharienne, va célébrer sa dixième édition à Dakar, au Sénégal, en novembre prochain. À cette occasion, la Fondation annonce une action renforcée, dans cette région du monde, pour mieux soutenir les femmes scientifiques africaines et contribuer au développement de l'excellence scientifique au féminin en Afrique.

A en croire le constat effectué par la Fondation l'Oréal, la science et l'innovation sont deux leviers indispensables aux challenges de l'Afrique et de conclure que : « Le monde a besoin de science et la science a besoin des femmes. » Cette conviction, au cœur de son programme international 'Pour les femmes et la science', mené depuis 1998 par cette Fondation, en partenariat avec l'Unesco, s'illustre tout particulièrement en Afrique.

Ce qui a permis à Alexandra Palt, directrice générale de la Fondation L'Oréal, dans une tribune à la presse, d'affirmer que : « Il est essentiel de mettre en avant et soutenir les extraordinaires chercheuses du continent, qui sont indispensables pour développer une recherche inclusive en Afrique, pour l'Afrique et menée par des Africaines ». Cette affirmation a été faite courant août, juste avant la tenue en France, à Biarritz, du sommet du G7, dont la thématique centrale a été "la lutte contre les inégalités" et où ont été représentés le Burkina Faso, l'Égypte, le Rwanda et le Sénégal.

D'après les statistiques connues à ce jour par cette Fondation, il ressort qu'il y a très peu de femmes africaines scientifiques. Ce qui leur fait dire qu'aujourd'hui, il n'y a tout simplement pas assez de femmes scientifiques en Afrique. Parmi les chercheurs mondiaux, on compte seulement 2,4 % de scientifiques africains, dont à peine 30 % sont des femmes.

Au Kenya, seulement soixante-quinze des trois cents étudiants, qui obtiennent un doctorat chaque année, sont des femmes sur une population totale de quarante-huit millions d'habitants. Au Tchad, seuls 5 % des chercheurs sont des femmes, et en Afrique de l'ouest, seuls 8 % des laboratoires de recherche sont dirigés par des femmes.

Ainsi, pour favoriser et soutenir les femmes de science africaines, dans le cadre du programme régional l'Oréal-Unesco pour les Femmes et la science dédié à l'Afrique subsaharienne, la Fondation l'Oréal et l'Unesco, conscients d'une particulière efficience féminine, dont il serait dommage de se priver, ont accompagné et mis en lumière cent vingt-neuf jeunes talents, doctorantes et post-doctorantes.

Désormais, elle compte doubler le nombre de jeunes chercheuses d'Afrique subsaharienne accompagnées. À l'occasion de la dixième édition du programme Afrique subsaharienne, L'Oréal a souhaité renforcer son engagement dans cette partie du monde.

À partir de cette année, deux programmes distincts seront menés : l'un dédié à l'Afrique du Sud qui récompense sept jeunes talents, et l'autre se déployant dans les quarante-huit autres pays de la région subsaharienne, au bénéfice de vingt autres chercheuses, doublant ainsi le nombre de jeunes femmes scientifiques qui seront soutenues.

Il est prévu dans le cadre de ce deuxième programme, durant l'été 2019, quinze doctorantes et cinq post-doctorantes originaires d'une quinzaine de pays d'Afrique subsaharienne et pionnières dans de nombreux domaines scientifiques. Elles ont été sélectionnées pour l'excellence scientifique de leurs travaux par un jury d'experts, parmi près de quatre cents candidatures éligibles. Le palmarès sera rendu public en octobre prochain.

Une fois le palmarès connu, une formation sera dispensée aux lauréates et une cérémonie de remise de diplômes se déroulera, le 21 novembre, à Dakar. Les lauréates y seront rassemblées à la mi-novembre, avec les sept jeunes talents d'Afrique du Sud, pour bénéficier d'un programme de formation qui viendra compléter leur parcours académique. L'objectif : leur donner davantage les moyens de poursuivre leur carrière et de briser le plafond de verre. Cette formation de trois jours sera dispensée par des experts internationaux sélectionnés par la Fondation l'Oréal et abordera différentes disciplines : leadership, management, négociation, communication et prise de parole en public.

Lesvingt brillantes chercheuses d'Afrique subsaharienne se verront remettre une dotation pour financer leurs recherches : dix mille € pour les doctorantes et quinze mille € pour les post-doctorantes.

La Cérémonie se tiendra en présence d'un public distingué, venu de tout le continent africain, composé de représentants des pouvoirs publics, de l'Unesco, de scientifiques, de femmes influentes, d'universitaires, d'intellectuels, de leaders d'opinion et d'organisations promouvant l'égalité des genres.

Enfin, indique-t-on, les jeunes talents seront mises à l'honneur au travers d'une campagne médiatique d'ampleur, afin de faire rayonner leur excellence et sensibiliser le public à l'importance des femmes de science.

Candidature en ligne sur www.forwomeninscience.com

Date limite de candidature: 28 avril 2019

Conditions pour être éligible

· Avoir la nationalité d'un pays d'Afrique subsaharienne

· Travailler dans un laboratoire de recherche ou être inscrite dans une école doctorale dans un pays d'Afrique subsaharienne

· Disciplines: sciences formelles, sciences de la vie et de l'environnement, sciences de la matière, sciences de l'ingénieur et technologiques

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.