Mali: Au poste de péage de Kati, le trafic routier est très perturbé

Une rue de Kati au Mali. (Image d'illustration)

Le gouvernement malien est parvenu de justesse mardi soir à un accord avec un collectif qui bloquait depuis vendredi la route nationale numéro 3 qui mène de Kayes, dans l'Ouest, à Bamako, pour exiger la reconstruction du tronçon dégradé.

Bamako a accepté de commencer les travaux dans trois semaines. En attendant c'est plus d'un milliers de camions qui étaient bloqués au poste de péage de Kati.

Des civils, membres du mouvement de contestation, jouent aux policiers en faisant dévier de l'artère principale des véhicules et engins à deux roues. « Les barricades sont là et ça demeurera là jusqu'à satisfaction totale ».

Le comité de crise qui bloque la circulation pour obtenir des routes praticables est au poste de péage de Kati. « C'est à cause de notre route qu'on est là. On défend notre droit, notre cause », nous explique t-on.

Sur les deux voies, plus d'un millier de camions chargés, notamment de carburant et de vivres, tous bloqués. Les chauffeurs des camions n'en peuvent plus.

« Nous, on fait Bamako-Nioro, c'est coupé carrément ! C'est désolant !», témoigne un chauffeur. « Vraiment c'est difficile. Même pour aller chercher à manger, c'est compliqué ! », nous raconte un autre.

Les transports en commun sont également paralysés. Une dame, trois valises à côté d'elle, témoigne :

« Là on va marcher. On a déjà marché quinze kilomètres, il reste encore quinze kilomètres... »

Le poste de péage de Kati rapporte chaque jour, en termes de recettes, environ 2 milliards de francs Cfa à l'État malien. Les jours de grève ont causé un important manque à gagner au budget de l'État.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X