Tchad: Plus de 3000 fonctionnaires tchadiens risquent la radiation

Ils sont soupçonnés d'être des fonctionnaires fictifs ou détenteurs de faux diplômes. Les 3000 fonctionnaires verront leurs salaires du mois d'août coupé et risquent la radiation de la fonction publique.

Cette décision fait suite à un audit du fichier des agents de l'État ayant permis de détecter près de 17 000 dossiers incomplets des fonctionnaires. Par la suite, 14 000 d'entre eux ont pu régulariser leur situation. 3 356 agents ne se sont pas présentés pour compléter leurs dossiers à la fonction publique. D'où la décision du gouvernement tchadien de couper leur salaire du mois d'août. Ali Mbodou Mbodoumi, ministre tchadien de la fonction publique explique :

"C'est une mesure prise pour contraindre ses agents s'ils sont vraiment réguliers de nous transmettre rapidement leurs dossiers à l'effet de procéder à la vérification de l'authenticité de leurs diplômes. Donc sur instruction du comité de pilotage, nous avons procédé à la suspension de salaire de 3356 agents dans le cadre d'une mesure conservatoire."

Sosthène Mbernodji, écrivain et enseignant de son état n'est pas du même avis que le ministre. Selon lui, ce n'est pas pour la première fois que le gouvernement tchadien initie des opérations d'assainissement de l'effectif des agents de l'État sans aller jusqu'au bout.

"Déjà, en 2011 et 2012 on fait un recensement ou on a dégagé 9 000 agents de l'État supposés être des agents fictif mais curieusement tous ces gens sont revenus."

Sosthène Mbernodji ajoute qu'"il y'a des gens qui n'enseignent pas, qui sont commerçants dans les grands marchés mais qui gagnent leurs salaires parce qu'ils ont des gens bien placés au ministère, ils ont des parents députés, ministres. Tout ceci c'est pour dégager les petits fretins, les gros morceaux ont va toujours les laisser et rien ne va leur arriver."

Une opinion que partage également le journaliste, Freeman Sandjimbaye.

"C'est un désordre qu'on ne peut pas qualifier. Aujourd'hui, les faux diplômes on en parlera jamais assez. Il y a des gens qui parce qu'ils ont battu campagne pour le régime en place ont été intégré sans diplômes. C'est vraiment une désolation pour un État sérieux."

Maîtrise du coût de la masse salariale

Par cette opération, le gouvernement tchadien entend maîtriser les dépenses budgétaires à travers notamment une réduction du coût de la masse salariale. Il s'agit d'un objectif convenu avec le Fond monétaire internationale (FMI), dans le cadre du programme d'assistance technique et financière dont bénéficie le Tchad qui fait face à une grave crise économique depuis plus de deux ans.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.