Cameroun: Un naufrage meurtrier endeuille le pays

Photo: Wikimedia
Navire Austrheim

Le navire Austrheim a fait naufrage en mer dans la nuit de dimanche à lundi. L'accident a eu lieu au large de la ville de Bakassi, située dans le sud-ouest du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria.

Selon nos informations, le navire Austrheim battant pavillon camerounais serait parti de Calabar, au Nigeria, pour accoster à Tiko, à 50 kilomètres à l'ouest de Douala, la capitale économique du Cameroun.

Alertés, les éléments du Bataillon d'intervention rapide (BIR) Delta, du Groupement spécial de protection du champ pétrolier, appuyé par ceux de la Marine Nationale, ont procédé aux opérations de sauvetage.

Le bilan provisoire se présente comme suit : 107 passagers rescapés (83 hommes, 13 femmes et 11 enfants) ont été acheminés vers Limbe. On note aussi 8 blessés graves sans engagement du pronostic vital, et 3 dépouilles repêchées.

Les blessés sont pris en charge par les structures sanitaires de la place, tandis que les dépouilles étaient confiées à la morgue de l'hôpital régional de la même ville.

Ce nouveau naufrage relance la question de la sécurité maritime dans les eaux du Cameroun et d'autres pays africains.

Malgré l'intervention de ce bataillon de la marine, certains critiquent le manque de vision des autorités pour assainir le secteur des transports au Cameroun.

"Est-ce que l'Etat a demandé qu'on ne surcharge plus dans les bus qui font le transport interurbain? Est-ce que l'Etat a demandé qu'on ne surcharge plus dans les taxis?

Au contraire, vous observerez dans nos villes que les gens surchargent au vu et au su des autorités et des forces du maintien de l'ordre qui sont censées assurer la sécurité des personnes et des biens.

Ce qui se passe dans le transport interurbain se retrouve également dans le transport maritime. Donc c'est difficile de dire que les autorités vont demander qu'on ne surcharge plus", se désole Okala Ebode, Trésorier national adjoint du MRC, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun, le parti de l'opposant en prison Maurice Kamto.

Malgré nos efforts, nous ne sommes pas parvenus à joindre le porte-parole de l'armée ou le porte-parole du gouvernement pour connaître leur point de vue sur les circonstances de ce naufrage.

Cependant, plusieurs sources indiquent que les rescapés, 107 personnes, et le corps de trois femmes ont été transférés au port de Bota à Limbe, à environ 80 kilomètres à l'ouest de Douala.

Selon un communiqué de la division communication du Ministère de la Défense, le bateau en surcharge aurait heurté un banc de sable avant de se retourner. L'enquête approfondie en cours déterminera les causes exactes de ce naufrage, ajoute le document transmis à la rédaction de la DW.

"Une cellule d'action psychologique et une unité d'information ont été activées pour l'aide médicale et psychologique d'urgence aux victimes, ainsi que l'information des familles.

Les recherches qui se poursuivent depuis sont menées par des équipes de plongée du BIR et de la Marine Nationale", conclut le communiqué signé par Cyrille Atonfack de la division communication du Ministère de la Défense du Cameroun.

Rappelons que les accidents sont fréquents sur les cours d'eau de la RDC en raison le plus souvent de la vétusté des embarcations, de la surcharge et de l'absence de balisage. Le naufrage d'une embarcation en avril dernier entre Goma et le territoire de Kalehe, sur le lac Kivu, avait fait au moins142 morts.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.