Angola: L'ONU débloque 465 millions USD pour faire face à la sécheresse en Angola

Illustration - Le parc national du Plateau Batéké est situé à la transition des habitats forestiers et des savanes. Il offre une vue imprenable sur de petites étendues de forêt le long de la rivière Mpassa qui s'étendent dans la savane.

Luanda — L'Organisation des Nations Unies (ONU) a débloqué 465 millions USD pour l?exécution des projets d'atténuation des effets de la sécheresse dans les provinces de Huila, Namibe et Cunene.

L'annonce a été faite mercredi à Luanda par le coordonnateur résident des Nations Unies en Angola, Pier Paolo Balladelli, à l'issue d'une réunion avec le président de l'Assemblée nationale, Fernando da Piedade Dias dos Santos. Selon le diplomate onusien, le projet, appelé «Cadre de résilience», sera mis en œuvre dans quatre ans dans les provinces dévastées. "Avec ce projet, nous entendons, par le biais du travail multisectoriel, améliorer les capacités de la population face au phénomène de sécheresse", a-t-il défendu.

La source a indiqué qu'il ne s'agissait pas uniquement de travailler dans les domaines de l'agriculture et de l'eau, "nous avons également besoin de l'éducation, de l'environnement, des transports, entre autres, pour améliorer les capacités de la population face à ce phénomène". Paolo Balladelli a informé que les Nations Unies travaillaient à l'établissement d'un partenariat avec l'Angola pour la période 2020-2022, axé sur les aspects sociaux et économiques, la bonne gouvernance et le soutien aux élections locales. Il a précisé que dans le cadre de ce partenariat, une attention particulière sera accordée à la professionnalisation, compte tenu des professions de base, en vue de créer des opportunités d'emploi pour les jeunes.

Le diplomate des Nations Unies a également souligné que l'ONU avait l'intention d'accroître la résilience de la population rurale. "Nous voulons inverser l'exode des populations rurales vers les grandes villes, en soutenant le développement primaire (éducation et santé) et la production agricole des familles". Soutien aux familles vulnérables Le coordonnateur résident des Nations Unies en Angola a également annoncé la mise en œuvre d'un autre projet de transfert social en espèces d'une valeur de 9 millions de dollars, qui devrait bénéficier à 14 000 familles vulnérables dans quatre provinces non précisées du pays.

Il a indiqué que l'Union européenne avait déjà fourni ces ressources et que c'était l'UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l'enfance) qui procéderait à ces transferts, en partenariat avec certaines banques nationales. Il a ajouté qu'un autre projet de ce type avec la Banque mondiale (Banque mondiale) était en cours de réalisation, afin de bénéficier à un plus grand nombre de familles vulnérables ayant une valeur monétaire plus élevée et non spécifiée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.