Sénégal: Dr Oumar Cissé presente des solutions pour freiner les inondations

Le Centre de recherche ouest africain (Warc) a abrité, hier mercredi, la cérémonie de présentation et de dédicace du livre d'Oumar Cissé, ingénieur civil, environnementaliste, docteur en aménagement et chercheur. Intitulé «Les inondations à Dakar (Sénégal).

Gestion des risques et adaptations locales», ce livre est réparti en huit (8) chapitres parlant ainsi des inondations à Yeumbeul Nord, Médina Gounass et Djiddah Thiaroye Kao, de l'aménagement, l'urbanisation et la cartographie.

L'ingénieur civil, environnementaliste et docteur en aménagement, Oumar Cissé, a procédé, hier mercredi, à la présentation de son ouvrage intitulé «Les inondations à Dakar (Sénégal). Gestion des risques et adaptations locales».

Un livre avec huit (8) chapitres traitant ainsi des inondations dans la banlieue, de l'urbanisation, l'aménagement et la cartographie.

«C'est un ouvrage de 322 pages qui synthétise tous les travaux de recherche et qui a vu la participation de 11 chercheurs de plusieurs profils différents.

Un travail de huit chapitres dont les quatre parlent de la commune de Yeumbeul Nord, un chapitre qui concerne Médina Gounass et un autre sur Djiddah Thiaroye Kao qui sont venus en illustration pour la comparabilité», précise le docteur en aménagement et chercheur Oumar Cissé.

La recherche avait fait un focus très important sur les stratégies d'adaptation, selon l'auteur de l'ouvrage qui apporte des réponses aux questions, notamment au-delà de ce que fait l'Etat, comment les communautés elles-mêmes agissent avant, pendant et après les phénomènes des inondations ?

Et surtout quelles techniques mettent-elles en place par rapport au bâtit (logements, infrastructures) pour freiner les inondations en temps de pluie ?

Il y a aussi un chapitre sur l'urbanisation et un autre sur le traitement de la cartographie, dit-il. Par conséquent, pour lutter contre les inondations, dans son ouvrage, l'ingénieur civil évoque des réponses qu'il estime être la solution à ce phénomène naturel.

Pour lui, il faut faire accompagner l'assainissement des eaux usées, drainage des eaux pluviales du règlement de la gestion des ordures.

«Il faut assurer un entretien très précis en ayant un partage des rôles, de responsabilités connus de tous, éviter le cloisonnement pour ne pas créer une rupture, promouvoir l'agroécologie urbaine et l'agriculture urbaine, créer des espaces qui vont servir à l'infiltration, éviter de concentrer toute notre énergie sur le paradigme canaux-bassins parce qu'ils peuvent sortir les populations de l'eau mais, dans la durabilité, il faut trouver d'autres mécanismes pour favoriser l'infiltration», souligne M. Cissé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.