Congo-Brazzaville: Technologie - Auto-Tune, d'une seule et même voix !

Partout, sur le continent Américain, en Europe comme en Afrique, l'Auto-Tune trace la voie des musiques urbaines. Et si certains artistes Rap ou R'&'B du Congo Brazzaville semblent avoir pour vous le même timbre de voix, c'est tout simplement que le logiciel Auto-Tune est passé par là au mixage.

Il faut remonter en 1997 pour assister au lancement de ce logiciel de correction vocale aidant à l'origine à corriger donc les fausses notes de chant lors de l'enregistrement en studio. Dès l'année suivante, la chanteuse américaine Cher pousse le logiciel à l'extrême pour donner un effet métallique à sa voix sur son titre « Believe » qui deviendra un tube mondial. L'effet mode est lancé, Auto-Tune est déjà un succès ! Andy Hildebrand, son inventeur, vendra ainsi en un temps record le fameux logiciel à tous les studios, toutes les majors, partout dans le monde. Avec un peu de retard, c'est en 2008 qu'Auto-Tune sera définitivement démocratisé en France par le rappeur Booba sur son tout premier album.

Entre pire invention et instrument à part entière

C'est ainsi qu'Auto-Tune ouvre la porte à de nouvelles mélodies vocales, jusque-là interdites aux rappeurs, faute souvent de pouvoir chanter juste, et apporte à leurs voix cette sonorité métallique. De nouveaux refrains apparaissent, le rap peut désormais flirter avec les succès commerciaux de la variété, de la pop ou du rock ! Il est rare qu'un rappeur ou artiste de R'&'B, qu'il soit du Congo ou d'ailleurs, échappe au phénomène Auto-Tune en dépit du risque de voir sa voix déshumanisée et d'en perdre l'authenticité. Si le fameux logiciel d'Andy Hildebrand a des vertus artistiques indéniables, utilisé de façon systématique en studio, il met à mal l'identité propre des artistes, tous oeuvrant avec ce même effet artificiel dans la voix. Quand bien même le magazine américain Time classera Auto-Tune parmi les cinquante pires inventions de l'histoire, nombre d'artistes et producteurs déclarent cependant qu'il est devenu un instrument à part entière dans la musique moderne d'aujourd'hui. Du studio à la scène, tout n'est pas aussi simple, les prestations « live » souffrent de l'absence de ce logiciel et conduisent les artistes à se produire le plus souvent en playback.

Quoi qu'il en soit, reste à se souvenir qu'en d'autres temps, les boites à rythmes ou les synthétiseurs des années 80 avaient été aussi décriés avant d'insuffler un nouvel air à la musique électronique. Que l'on soit pour ou contre, si l'artifice est le reflet du monde et sans doute celui de la musique d'aujourd'hui, l'effet de mode perdure et la technologie reste en marche. Que le rap, style musical le plus écouté dans le monde, soit plus chantant et plus mélodieux n'est peut être pas une mauvaise nouvelle et l'on s'en réjouira..

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.