Seychelles: Les responsables de la santé se réunissent pour valider les directives de surveillance des maladies et des interventions

Les responsables de la santé aux Seychelles se sont réunis pour valider la version du pays de la surveillance et de la riposte intégrées aux maladies (IDSR) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) lors d'un atelier qui s'est tenu jeudi.

La surveillance intégrée des maladies et des interventions est une stratégie globale, fondée sur des preuves, pour renforcer les systèmes nationaux de surveillance et d'intervention de santé publique dans les pays africains.

Lancée pour la première fois en 2002, cette ligne directrice couvre toutes les maladies et tous les événements majeurs pouvant causer une épidémie ou une catastrophe dans un pays.

Les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, sera le premier pays d'Afrique à adapter et à adopter la troisième édition de ces directives.

«Nous avons regroupé aujourd'hui d'autres partenaires et professionnels pour voir si ce qui est présenté comme une adaptation est adéquat pour les Seychelles et s'il existait des zones à reconcevoir.

A la fin de la journée nous souhaiterions avoir un projet qui sera présenté ultérieurement et qui sera appelé les «Lignes directrices adaptées aux Seychelles pour la surveillance des maladies» », a déclaré le commissaire principal à la santé des Seychelles, Jude Gedeon.

Afin de renforcer les capacités des États membres de la région à prévenir, détecter et réagir aux urgences de santé publique dans le cadre de la stratégie régionale pour la sécurité sanitaire et les urgences, il est nécessaire d'intensifier et de soutenir la mise en œuvre de la IDSR.

Une révision de la deuxième édition était nécessaire pour tirer les leçons des événements récents qui ont affecté le continent africain, tels que le virus Zika, la contamination par la listeria, la fièvre de la vallée du Rift, les menaces persistantes dues au phénomène météorologique d'El Nino, entre autres problèmes.

M. Gedeon a déclaré que la troisième édition voyait également l'introduction de nouvelles sections telles que la «Surveillance électronique intégrée des maladies et riposte (e-IDSR)), la communication des risques et la manière dont un pays s'adapte aux situations d'urgence lorsque les systèmes sont en panne».

«Depuis deux semaines maintenant, un groupe de consultants de l'OMS travaille à la révision de la directive générique et nous l'avons adaptée au contexte des Seychelles. Beaucoup de choses ne s'appliquent pas à nous en tant que petit pays, car certains types de maladies qui nous affectent diffèrent de ceux d'autres pays », a-t-il déclaré.

M. Gedeon a expliqué que les Seychelles ajoutaient certaines maladies à la liste existante. Ceux-ci incluent la leptospirose, le cancer, les maladies causées par les toxines présentes dans les poissons. Le niveau de surveillance de la santé a également changé.

En tant que petit pays, les Seychelles ne disposent que de trois niveaux de surveillance: communautaire, établissement de santé et central.

Après la validation du document, le ministère de la Santé organisera la semaine prochaine une formation d'une semaine pour les formateurs, qui sera suivie de la formation d'une équipe d'intervention rapide.

«Un groupe d'experts locaux, des professionnels de la santé, sera formé sur la manière de former d'autres personnes dans les cliniques, des cabinets privés et d'autres agences telles que la police, le DRDM et le ministère de l'éducation. Ils seront nos yeux et nos oreilles dans la communauté », a déclaré M. Gedeon.

L'équipe d'intervention rapide apprendra comment réagir en cas d'urgence.

La version finale des «Directives adaptées aux Seychelles pour la surveillance et les interventions intégrées en matière de maladies» devrait être prête d'ici deux semaines. Il sera imprimé en six livrets.

Ceux-ci seront distribués dans tous les établissements de santé et mis à la disposition du public. Une version électronique du document sera également disponible.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.