Ile Maurice: Bébé mort-né - L'arrestation de la mère ne saurait tarder

Les enquêteurs de Port-Louis Sud commencent à voir plus clair dans l'affaire du bébé mort-né.

Les images des caméras de surveillance ont permis l'arrestation de cinq suspects, Jean Marie Allabux, Marie Michell Patricia Momine, Jino Louis Sheik Hassim, Marie Francessca Sylvianna Allabux et Mohammad Farard Bhugun. La police travaille actuellement sur le profil de la mère de l'enfant et son arrestation ne saurait tarder, indique-t-on.

La police met les bouchées doubles afin de faire avancer l'enquête. Marie Francessca Sylvianna Allabux, 30 ans, détiendrait-elle la clef de l'énigme ? Protégerait-elle ses complices ?

Ce sont des questions auxquelles tentent de répondre les limiers de la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis Sud.

Pour l'heure, la version de Jean Marie Allabux, ex-époux de Marie Francessca Sylvania Allabux, ne semble pas corroborer celle du chauffeur, Mohammad Farad Bhugun. Selon la police, Marie Francessca Sylvianna Allabux et Jino Louis Sheik Hassim seraient concubins.

Les liens entre les différents suspects intéressent également la police. Les enquêteurs comptent retracer les lieux où se sont rendues Marie Francessca Sylvianna Allabux et Marie Patricia Momine, le 24 août.

Ils ont émis l'hypothèse que la femme qui aurait accouché de l'enfant serait plus à l'aise de se confier à une autre femme.

Mohammad Farad Bhugun, le chauffeur qui aurait conduit les suspects, aurait révélé pendant son interrogatoire qu'il a reçu un appel de Marie Francessca Sylvania Allabux pour les récupérer devant le casino Senator avant de les conduire à Camp Yoloff pour se droguer.

Ils se sont ensuite dirigés vers le jardin de la Compagnie. Il a expliqué qu'il avait constaté un sac dans la main de Marie Francessca Sylvianna Allabux et tous les quatre seraient descendus avec celui-ci. Il nie toutefois qu'il connaissait son contenu.

Marie Francessca Sylvianna Allabux et Marie Patricia Momine auraient donné du fil à retordre aux enquêteurs de la CID de Port-Louis Sud. Elles se seraient murées dans le silence, ce qui empêcherait l'enquête d'avancer rapidement.

Les limiers de la CID comptent poursuivre leurs interrogatoires dans les jours qui suivent. Les cinq suspects font face à une accusation provisoire de «concealment of birth».

Ils sont actuellement en cellule après que la police a objecté à leur remise en liberté en cour, mercredi. L'enquête est placée sous la supervision de l'assistant commissaire de police Deonarain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.