Cameroun: La santé de Ephraim Inoni inquiète

Agressé au cours de la mutinerie de la prison centrale de Yaoundé-Kondengui, le 22 juillet dernier et interné depuis lors au Centre des Urgences de Yaoundé, l'ancien Premier ministre Ephraim Inoni se porte de plus en plus mal, selon des sources hospitalières.

La santé de l'ancien PM s'est fortement dégradée en milieu de semaine dernière, nécessitant une admission dans le service de réanimation de l'hôpital central, jeudi dernier.

Et le lendemain, des témoins ayant été en contact avec l'intéressé, ont indiqué qu'il était toujours mal en point. L'idée de son évacuation sanitaire à l'extérieur du pays, était sérieusement envisagée dans les hautes sphères de l'Etat.

Interpellé début 2010 au sujet de son implication dans le paiement de certaines dettes de la Camair, à l'époque où il était secrétaire général adjoint de la présidence de la République mais, surtout, président du conseil d'administration de la Standard Chartered Bank , M. Inoni Ephraim avait été placé en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé-Kondengui.

Jugé en compagnie de M. Atangana Mebara, il leur était reproché d'avoir détourné 287,4 millions de francs dans le processus d'attribution, en 2003, d'un marché d'audit des contrats de location des avions de la Camair, la défunte compagnie nationale de transport aérien, à la société Aircraft Portfolio Management (APM), une entreprise Londonienne ayant pour promoteur principal un certain Joseph Kevin Walls, le troisième accusé.

M. Atangana Mebara et M. Inoni Ephraïm ont été condamnés pour avoir orchestré, selon l'accusation, un virement en trop de la somme de 1,425 milliard de francs lors du règlement, également en 2003, d'une dette de la Camair à l'égard d'Ansett Worldwide, entreprise australienne qui louait des aéronefs à la compagnie camerounaise. Au terme du procès, ils furent alors condamnés par le Tribunal criminel spécial à 20 ans de prison chacun, le 2 octobre 2013.

Depuis, cette peine avait été confirmée par la Cour suprême après le rejet de leurs recours respectifs. M. Inoni est resté de ce fait emprisonné dans les quartiers VIP de la prison centrale de Kondengui.

Le 22 juillet dernier au soir, lorsque les revendications des détenus de la crise anglophone tournent en émeutes, après la sortie inexplicable des grands bandits du quartier dénommé « Kosovo », M. Inoni Ephraim et les autres hautes personnalités détenus à la prison de Kondengui, vont être la cible principale de ces derniers.

Ayant commis l'erreur avec l'ancien ministre de la santé publique, Urbain Olenguena Awono de se barricader dans leurs cellules, ils seront gravement violentés et dépouillés de leurs effets. Ils seront transférés à l'hôpital après plusieurs heures d'attentes, vers 3h du matin.

Les sources de votre journal indiquent qu'ils ne se sont pas totalement remis de leurs traumatismes. Et désormais, le cas Inoni suscite de plus en plus des grandes inquiétudes dans les hautes sphères de l'Etat.

Va-t-il bénéficier du même traitement de faveur que Yves Michel Fotso qui a été évacué dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 aout 2019 au Maroc où il doit suivre des soins médicaux?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.