Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - Antonio Guterres boucle sa visite de solidarité à Goma et dans le territoire de Beni

António Guterres, Secrétaire général de l'ONU
2 Septembre 2019

Arrivé à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu , le samedi 31 août 2019, le Secrétaire général des Nations Unies a clôturé, ce dimanche 1er septembre, sa mission dite de « solidarité » dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), avant l'étape de Kinshasa où le numéro 1 de l'Onu va rencontrer les autorités congolaises pour échanger autour des questions de l'heure qui animent la sphère politique congolaise.

Après Goma, la deuxième et dernière étape de la visite d'Antonio Guterres à l'Est de la RDC est celle du Territoire de Beni où sévit l'insécurité orchestrée par les groupes armés. Beni est aussi le point de départ de l'épidémie de la maladie à virus Ebola dans la province du Nord-Kivu, laquelle épidémie a atteint à ce jour, le cap de 2.000 morts.

Visite du Centre de traitement d'Ebola à Mangina

La délégation conduite par Antonio Guterres, s'est imprégnée de la situation actuelle sur la maladie à virus Ebola à Mangina, à 30 km de la ville de Beni, qui est un épicentre de cette maladie à virus Ebola au Nord-Kivu. Dans ce centre, aux côtés du Secrétaire général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Antonio Guterres s'est entretenu avec le personnel soignant de cette maladie et quelques personnes suspectes qui sont en observation dans ce centre.

« Je félicite le travail extraordinaire que vous faites, en dépit des difficultés rencontrées sur terrain« , s'est-il adressé au personnel soignant. Par la même occasion, Antonio Guterres a assisté à la remise des diplômes aux personnes guéries de la maladie à virus Ebola.

« Vous avez eu ce réflexe de venir vite vous faire soigner dès la manifestation de premiers symptômes, vous êtes donc des héros et vous devriez servir des modèles pour les autres. C'est un signe de la sagesse de votre part et je lance un appel à tout habitant du territoire de Beni de faire ainsi. Ceci montre que Ebola est guérissable« , a-t-il encouragé.

Sécuritaire

« Je profite de mon séjour ici, dans le territoire de Beni, pour réaffirmer le soutien des Forces de la Monusco afin de traquer tous les groupes rebelles qui sèment la terreur dans la province du Nord-Kivu mais aussi au Sud-Kivu. La Monusco continuera à travailler aux côtés des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la Police nationale congolaise pour mettre fin à cette situation afin de ramener la paix et la sécurité dans la région. Je présente aussi mes condoléances à toutes les familles victimes de ces atrocités », a indiqué le Secrétaire général des Nations Unies, tout en appelant les communautés locales de se désolidariser de ces groupes armés. Il a précisé aussi que beaucoup reste à faire et à améliorer dans cette collaboration entre la Monusco et les FARDC pour résoudre définitivement ce problème.

La veille, à Goma, Antonio Guterres a visité un centre d'accueil des miliciens démobilisés. Il a fait un appel à toutes personnes qui se trouvent dans la brousse comme rebelles d'y quitter. « Les témoignages que j'ai reçu de ces démobilisés sont vraiment poignants et atroces. C'est une vie tragique qu'ils ont mené dans la brousse. L'occasion est donnée à tous ces rebelles de réintégrer leurs communautés en déposant les armes » a déclaré à Goma Antonio Guterres.

Dans un communiqué, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo, à travers le porte-parole adjoint Sylvain Ekenge, ont appelé la Brigade d'intervention de la MonusCo de faire pleinement son travail pour appuyer les actions sur terrain en vue de mettre fin à l'insécurité. Le porte-parole adjoint de l'armée Congolaise a annoncé également que les opérations de Grande envergure ony débuté pour traquer les groupes armés.

Le Gouverneur de la province du Nord-Kivu, Carly Nzanzu KASIVITA a accompagné personnellement le secrétaire Général des Nations unies dans cette tournée de solidarité dans la Province du Nord-Kivu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.