Congo-Kinshasa: A Kolwezi, des enfants entre l'école et la mine

Une campagne de retrait des enfants dans les sites miniers artisanaux devrait démarrer dans les prochains jours.

Cette opération d'appui au bien-être des enfants utilisés dans la chaine d'approvisionnement du cobalt sera lancée dans les provinces du Lualaba et du Haut-Katanga et appuyée par la Banque africaine de développement.

Ces enfants sont principalement utilisés pour des travaux de nettoyage et de transport des minerais. La première étape du lancement du projet aura lieu dans la ville minière de Kolwezi, capitale mondiale du cobalt.

Il est 7h du matin ce samedi à Kolwezi. Des centaines des personnes prennent d'assaut le flanc droit de la colline où sont rejetés les restes des minerais du cuivre de l'entreprise COMUS. Au bas de la colline, les eaux d'une petite rivière servent au nettoyage. Les acheteurs sont aussi présents.

Prince et Albert, deux enfants d'environs douze ans sont des habitués de ce lieu de négoces. « Nous venons tôt le matin chercher les minerais.

Du haut de la colline, les Chinois déversent les rejets, nous les ramassons puis nous les vendons. Tu peux aussi les nettoyer avant de les vendre. Nous sommes restés au bas de la colline, c'est là que nous avons récupéré ces matières... »

Entre 4 et 10 000 francs

Prince et Albert sont des écoliers. Leurs parents n'ont pas assez des ressources pour préparer la rentrée scolaire. Ils espèrent tout de même aller à l'école ce lundi.

Aujourd'hui, ils n'ont gagné que 4 000 francs congolais soit deux dollars. « Le matin nous avons vendu pour trois mille francs. Et maintenant, nous avons gagné mille francs. Ils nous arrivent d'avoir plus d'argent, de fois on va au-delà de dix mille francs. »

Il est midi lorsque Prince et Albert décident de rentrer chez eux. Ils reviendront le lendemain aux premières heures sur le site minier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.