Afrique du Sud: La fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Photo: JPMD
Pillage et émeute le long de la rue Jules à Jeppestown. La situation est volatile. "S'il vous plaît, évitez la zone" a déclaré le chef de la police du Joburg, David Tembe, sur Twitter. La police est sur les lieux.

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (Africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts selon autorités à Johannesburg.

Ce lundi, la journée de mobilisation de certains Sud-africains, qui veulent se débarrasser des étrangers, continue. Ce mouvement de contestation a été lancé par les chauffeurs routiers, qui arrêtent depuis plusieurs semaines les conducteurs étrangers et brulent leurs cargaisons.

Le mouvement s'était amplifié la semaine dernière dans le centre de la capitale Pretoria, avec le pillage de nombreux magasins tenus par des migrants.

C'est un mouvement national lancé par plusieurs corporations. Deux en particulier : les chauffeurs de poids lourds ainsi que les associations de taxis.

Comme la semaine dernière à Pretoria, ce sont les chauffeurs de taxis de la ville de Johannesburg qui sont allés brûler des dizaines de magasins appartenant à des étrangers.

Ces violences ne sont pas récentes. Depuis un an, les conducteurs étrangers, Zimbabwéens, Congolais ou Zambiens sont persécutés sur les routes car accusés de voler le travail des locaux. 200 sont morts dans ces violences depuis un an.

Aujourd'hui, c'est donc l'heure d'en découdre, selon les conducteurs sud-africains, qui ont installé des barrages informels sur de nombreuses routes du pays.

Mais en réalité le gros des violences se concentrent jusque-là dans au moins sept quartiers de Johannesburg depuis dimanche soir, où de simples citoyens viennent détruire piller et brûler.

Aucun magasin sud-africain n'a été vandalisé

Dans le sud de Johannesburg, dans le quartier de Turffontein, plus de 500 habitants s'en sont pris à une dizaine de magasins, pillant tout sur leur passage.

Il est très clair que les établissements visés appartiennent à des étrangers, des Pakistanais, Somaliens ou Nigérians. Aucun magasin sud-africain n'a été vandalisé. Et c'est donc la même configuration dans au moins six autres quartiers.

La situation est extrêmement tendue dans le reste de la métropole. Les boutiques du centre-ville sont fermées pour la plupart. Les policiers sont accusés d'inaction par la société civile. En fait, ils sont complétement dépassés par ces rassemblements spontanés.

Ils n'ont pas pu empêcher la mort de trois personnes la nuit dernière. Trois personnes brûlées dans leur magasin, juste après avoir vu des dizaines de Sud-africains casser la vitrine et voler leurs produits.

Pour un premier bilan ce lundi 2 septembre, on compte une cinquantaine de magasins vandalisés, plus de soixante arrestations et donc trois morts pour le moment. Un policier confiait à RFI que le bilan devrait rapidement monter compte tenu du chaos qui règne dans les rues de Johannesburg.

Afrique du Sud 🇿🇦

De nombreux rassemblements xénophobes et pillages de magasins appartenant à des étrangers dans au moins 7 quartiers de Johannesburg.

Plus d'une cinquante de magasins vandalisés. 3 morts.@RFI @RFIAfrique pic.twitter.com/sWBg1uu8Ec

Noé Hochet-Bodin (@noehochet) September 2, 2019

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.