Mali: Le président Ibrahim Boubacar Keïta - «La TICAD a tenu toutes ses promesses»

A l'issue des travaux de la 7è Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (Ticad VII), auxquels il a pris part, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta a exprimé sa satisfaction au sujet de son séjour au Pays du Soleil Levant.

D'abord, parce qu'il fait partie des rares chefs d'Etat à être reçus au palais royal de l'empereur Naruhito du Japon, mais aussi parce que les préoccupations essentielles de développement du continent africain ont été prises en compte. En ce qui concernent les investissements, l'apport à l'amélioration de la sécurité humaine dans les pays qui subissent la violence, notamment ceux du Sahel.

Le président Keïta n'a pas manqué de remercier le gouvernement du Japon et à l'empereur de lui avoir fait l'insigne honneur de le convier au palais royal.

«Le Japon a voulu marquer, lors de cette Ticad, le vif intérêt qui est désormais le sien s'agissant de l'Afrique et de son développement. Tous les sujets qui sont, aujourd'hui, l'objet de nos préoccupations, les plus vives, ont été abordés.

Que ce soit la sécurité humaine qui est très chère aux Japonais et à nous également. Lors de notre rencontre avec le Premier ministre japonais Shinzo Abé, nous avons fortement marqué cette commune appréciation de la corrélation qu'il y a entre le développement, la paix et les conditions de vie des gens. Tout cela est de l'ordre du truisme tant c'est connu», a confié le chef de l'Etat à la fin de la Ticad VII.

Il est utile de rappeler que le Japon a connu un drame qui l'a rendu encore plus résilient. Ce pays a subi les foudres de la bombe atomique lors de la deuxième Guerre mondiale en 1945 à Hiroshima et Nagasaki, avant de se relever et convaincre le monde entier par son potentiel technologique et économique et surtout par la capacité de son peuple à se transcender pour répondre à tous les défis.

Il y a aussi la légendaire discipline du Japonais qui impressionne. La nation japonaise figure, aujourd'hui, parmi les meilleures.

Avec ce Japon, le président de la République veut s'inscrire dans une vision de coopération intergouvernementale plus poussée.

« Nous avons passé en revue notre coopération bilatérale et avons fait le constat que d'année en année, le Japon comme beaucoup d'ailleurs avait fait passer sa coopération par l'intermédiation d'organisations multilatérales que ce soit l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et le Comité international de la Croix rouge (CICR).

Nous souhaitons une plus grande coopération intergouvernementale. Je crois que le Japon y est sensible et nous verrons avant la prochaine Ticad ce qu'il en sera », a souligné Ibrahim Boubacar Keïta.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.