Ile Maurice: Monde boursier - Des collégiens utilisent la Fintech pour maîtriser les affaires

2 Septembre 2019

La 27e édition du SEM Annual Young Investor Award (SEMYIA), compétition intercollèges organisée par la Stock Exchange of Mauritius (SEM) et remportée haut la main par le collège Lorette de Mahébourg pour la première fois de son histoire, avait quelque chose de spécial cette année. Les résultats de ce concours ont été dévoilés mercredi dernier. C'est une des rares fois où les élèves ont eu la possibilité d'utiliser de façon intense les nouveaux outils d'analyse et de suivi de l'évolution des affaires du monde boursier. Cela a été rendu possible grâce à deux importantes initiatives de la Bourse de Maurice.

Il y a eu d'abord le réaménagement total du site Web de la SEM. Désormais, sa fonctionnalité est entièrement compatible avec les exigences d'un système qui utilise les atouts d'un des représentants de la famille des technologies innovantes qu'est la Fintech. Ce qui a grandement aidé les participants à la compétition à comprendre l'évolution des affaires dans le secteur de la Bourse. Les pages de ce site sont effectivement très «user friendly».

L'autre initiative qui a grandement facilité la compréhension des jeunes participants est la création de mySEM Mobile App. Il s'agit d'une application mobile capable d'être déployée sur des téléphones portables ayant comme système d'exploitation l'iOS et Android, développés respectivement par Apple et Google, deux entreprises américaines qui dominent le secteur mondial des services technologiques.

Dans ce concours où la réussite passe également mais pas exclusivement par la maîtrise de l'outil informatique, le collège Lorette de Mahébourg a surclassé les élèves des 84 autres établissements qui ont participé à ce concours. Pour Martine Cotte, directrice de ce collège, outre la maîtrise de l'outil informatique, tout un ensemble de facteurs a contribué à la réussite de ses filles. «Il s'agit tout particulièrement de l'intérêt que les participantes ont développé pour le sujet, du travail au sein d'une équipe bien soudée, la coopération du département concerné et le soutien de l'administration tout au long du déroulement de ce concours.» Elle ajoute que «cet événement sera fêté comme il se doit dans un futur proche».

Sashila Ittoo, qui a encadré les élèves, estime, elle, que les avantages occasionnés par la participation du collège Lorette de Mahébourg à l'édition 2019 du SEMYIA ont été nombreux. «Il s'agit, entre autres de la possibilité de se mettre dans la peau d'investisseurs réels face à la réalité du marché boursier, d'une remise à niveau de leur capacité d'analyse et des compétences pratiques requises pour la réalisation de projets, du frottement avec la FinTech grâce à des applications basées sur cette technologie innovante, faciles à maîtriser.»

Elle soutient que les activités liées à ce concours ont également eu un effet positif sur les autres élèves. «Les élèves ont développé une véritable soif pour les activités boursières. Ce qui constitue un élément déterminant pour développer en elles l'intérêt d'être à l'affût des nouvelles concernant la Bourse. Les conditions ont sans doute été créées pour susciter en elles suffisamment d'intérêt pour investir à la Bourse de Maurice.»

Sunil Benimadhu, directeur exécutif de la SEM, a exprimé le souhait que la participation à cette compétition puisse permettre d'atteindre un des objectifs recherchés, à savoir le réveil de l'intérêt des élèves pour toute question qui relève de l'économie et des finances. «Indépendamment de leur choix de carrière ou de spécialisation d'études, a souligné Sunil Benimadhu, il est indispensable que les élèves se familiarisent avec les questions économiques et financières de sorte qu'ils puissent être au courant de ce qui se passe sur les plans local, régional et global dans ces deux secteurs».

Pour Sudhir Sesungkur, ministre des Services financiers et de la bonne gouvernance, l'initiation constante aux différents aspects du monde financier, à travers l'éducation, est primordiale. «Ce doit être une démarche intégrée à notre mode de vie. L'éducation au monde de la finance doit mettre en valeur tout système qui permet aux personnes de tout âge, de toute position économique et de tout milieu de s'adapter aux changements susceptibles de modifier la nature même de leurs besoins sur le plan financier. Cela afin de repérer les produits et les services qui leur conviennent le mieux.»

De son côté, Gilbert Gnany, Chief Strategy Officer et directeur au sein du groupe MCB, principal sponsor du concours, affirme que leur participation à la SEMYIA est une illustration de l'importance accordée à l'éducation dans son sens le plus large. «Le groupe MCB a choisi de repenser le développement durable à travers son manifeste Success Beyond Numbers, qui accorde une importance particulière à l'éducation.»

Il explique que le succès du groupe en vue de la poursuite des objectifs de ses opérations ne se mesure pas uniquement à la réalisation de profits ou bien à la taille du bilan financier. Le groupe MCB, a-t-il expliqué, a su faire de la place à un mode de développement qui s'étend dans la durée. «Nous avons identifié trois piliers d'intervention. Ce sont la valorisation de nos entreprises locales, parmi lesquelles les PME, la promotion de notre patrimoine culturel et environnemental, et l'intégration dans notre mode d'opération de la nécessité de toujours tenir compte du bien-être individuel et collectif des Mauriciens.»

Il soutient que dans ce contexte, le rôle de l'éducation est primordial. «L'éducation est au coeur même de ces trois piliers. Sans cela, il est difficile, voire impossible, pour notre pays de prospérer. C'est pourquoi nous sommes autant impliqués dans ce secteur. Notre présence auprès de la Bourse, dans le cadre de l'organisation du SEM Young Investor Award, en est la parfaite illustration.»

21 000 élèves sensibilisés à la réalité de la bourse en 26 ans

Avec la création de ce concours en 1993, c'est au total quelque 21 000 élèves qui, avant d'entreprendre des études au niveau supérieur ou d'embrasser une carrière professionnelle, ont eu l'occasion, le temps de cette compétition, d'entrer dans la peau d'un investisseur sur la plateforme de la Bourse de Maurice.

Performance remarquable de la cuvée 2019

Après trois mois d'opération comme de vrais investisseurs dans les valeurs boursières, un bon nombre d'équipes de collégiens a réalisé des performances bien au-dessus de celle du Semdex All Share Index, un indice qui fait le point sur la performance de toutes les valeurs cotées. Bonne opération aussi du côté de la performance du Total Return Index Semtri, un indice qui porte sur le rendement total des valeurs. 125 des 152 équipes participantes ont surclassé la performance de l'All-Share Index SEMDEX. La performance de 118 équipes a été bien audelà du rendement total.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.