Sénégal: Le kung-fu "en ascension" avec plus de 12.000 pratiquants officiels

Thiès — Le kung-fu wushu est en ascension au Sénégal, avec plus de 12.000 pratiquants officiels, régulièrement inscrits dans les dojos affiliés à la Fédération nationale de ladite discipline, a révélé lundi le directeur technique national Maître Ousmane Ngom.

"Le kung-fu est en ascension et nous espérons que cette (montée) va continuer", a dit Maître Ngom, qui s'attend à de bons résultats lors des 7-èmes Championnats d'Afrique prévus à partir de jeudi à Thiès.

Le DTN donnait une conférence de presse au Centre national d'éducation populaire et sportive (CNEPS), en prélude à cette compétition où sont attendus 18 pays.

Le kung-fu a été introduit officiellement au Sénégal en 1981, mais ce n'est qu'en 1997 que la fédération a été mise sur pied, a rappelé le responsable technique.

Mais en l'absence de compétitions nationales et internationales, la discipline fut plongée dans la "léthargie".

Ainsi, a-t-il fallu attendre 2009 pour que l'équipe nationale de kung-fu fasse sa première participation aux championnats d'Afrique au Bénin, raconte-t-il. C'était aussi sa première compétition internationale.

"De 2009 à maintenant, nous avons su assainir le kung-fu, former les maîtres et régulariser les dojos", poursuit le disciple de Shaolin.

"Actuellement, nous sommes à plus 12.000 pratiquants officiels sans compter ceux qui sont dans les salles et qui n'ont pas régularisé leur situation", ajoute-t-il.

Ce chiffre peut toutefois aller "jusqu'à 20.000 combattants" sur toute l'étendue du territoire national, si l'on comptabilise ceux qui s'entraînent sans licence, fait-il remarquer.

"Le travail va se faire progressivement", pour passer régulièrement dans les salles et sensibiliser les maîtres à l'importance à se formaliser, en achetant une licence, afin de sécuriser les combattants et leur maître.

Il relève que le kung-fu bénéficie d'une "considération" au sein du ministère des Sports, en raison de ses performances.

Le choix du Sénégal pour abriter pour la deuxième fois, après 2011, les championnats d'Afrique, est justifié par ses performances, dans cette discipline, où il est "très coté", notamment en sanda (combat avec un adversaire réel), a dit Me Ngom, 5-ème dan de kung-fu.

Vice-champion d'Afrique en titre, derrière l'Egypte, depuis les championnats d'Afrique de 2017, au Bénin, le Sénégal était classé troisième lors de sa première participation en 2009 et en 2011, avec 11 médailles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.