Congo-Kinshasa: A Kinshasa, Guterres souligne que « les Nations Unies n'abandonneront pas le peuple congolais »

2 Septembre 2019

Au troisième et dernier jour de sa visite en République démocratique du Congo (RDC), le chef de l'ONU a appelé le peuple et le gouvernement a saisir le « moment historique » qui se présente à eux pour développer les institutions démocratiques, relever les défis sécuritaires et œuvrer au développement durable.

« Il y a un vent d'espoir qui souffle en RDC (... ) Il y a une opportunité à saisir », a déclaré lundi le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, lors d'une conférence de presse à Kinshasa après s'être entretenu avec le nouveau président congolais, Felix Tshisekedi, qui a pris ses fonctions en janvier dans ce qui fut la première alternance politique démocratique à la tête du pays.

« Il y a aujourd'hui au Congo un moment historique, un moment où l'on peut s'attendre à un développement des institutions démocratiques, à l'existence d'un gouvernement qui veut transformer le pays mais avec une opposition qui joue aussi un rôle important dans la vie politique du pays, avec un respect accru des droits de l'homme et avec une vision pour le futur du Congo », a dit le Secrétaire général.

A Kinshasa, le chef de l'ONU a détaillé le renforcement de la coopération entre les Nations Unies et le gouvernement congolais. La MONUSCO va renforcer sa capacité d'action contre le groupe armé ADF.

L'opération de paix onusienne va également renforcer sa coopération avec les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) pour mieux répondre aux préoccupations sécuritaires des populations face à la menace des groupes armés.

L'ONU et Kinshasa entendent également renforcer leur coopération pour la démobilisation, le désarmement et la réintégration (DDR) des anciens combattants des groupes armés.

Le Secrétaire général a réitéré son appel « aux Congolais qui sont encore dans la brousse, dans des groupes armés », pour qu'ils déposent les armes et acceptent de s'intégrer dans les communautés « dans la perspective d'un nouveau Congo ».

Mais la coopération entre l'ONU et la RDC ne se limite pas aux questions sécuritaires et s'intensifiera dans la construction d'un développement inclusif et durable.

« Le Congo a un potentiel de richesse énorme. Il faut que ce potentiel puisse servir les intérêts du peuple congolais et dans le domaine humanitaire », a dit M. Guterres.

Sur le plan humanitaire, l'est de la RDC est confrontée à une épidémie Ebola, déclarée urgence sanitaire internationale par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Il faut une réponse qui soit une réponse capable non seulement d'éradiquer l'Ebola mais aussi d'appuyer le Congo pour créer les services de base de santé et les services sociaux de base qui puissent être bien plus efficaces dans le combat contre toutes les autres maladies », a dit M. Guterres, faisant référence aux épidémies de malaria, de rougeole et choléra qui affectent également la population.

Le chef de l'ONU a appelé à créer les conditions pour que la RDC puisse « sortir d'une situation d'aide humanitaire pure » pour entrer dans « une situation de prestation de services de base par des structures contrôlées ou coordonnées par l'Etat congolais ».

Le mandat de la MONUSCO arrive à terme le 20 décembre 2019. Lors du dernier renouvellement du mandat de la mission en avril dernier, le Conseil de sécurité des Nations Unies avait appelé à une révision stratégique de l'opération onusienne présente en RDC (MONUC incluse) depuis 20 ans.

« Je suis sûr que dans le cadre de la révision stratégique de la MONUSCO, le Conseil de sécurité décidera quelques ajustements qui puissent améliorer la MONUSCO et sa coopération avec le gouvernement congolais », a dit M. Guterres.

A terme, le Secrétaire général souhaite que l'ONU et le gouvernement congolais oeuvrent ensemble pour créer les conditions qui permettront, un jour, que la MONUSCO ne soit plus nécessaire, et que le rapport entre les Nations Unies et la RDC soit « un rapport normal - avec une équipe de pays qui travaille avec le gouvernement pour le développement et le bien-être du peuple congolais ».

A Kinshasa, le chef de l'ONU a de nouveau appelé la communauté internationale tout entière à appuyer le peuple et les autorités de la RDC à saisir le « moment historique » qui se présente devant eux.

« Mais pour le moment, nous restons engagés avec la République démocratique du Congo et je dois dire d'une façon très claire : les Nations Unies n'abandonneront pas le peuple congolais », a souligné M. Guterres.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.