Congo-Kinshasa: Dialogue transfrontalier pour la paix - Interpeace annonce le démarrage du Forum régional des parties prenantes

Faire la restitution des résultats issus du processus de la recherche action participative durant deux ans menée au Burundi, au Rwanda et à la mère patrie de Mzee. C'est l'une des principales raisons pour laquelle Kinshasa abritera, du mardi 3 au mercredi 4 septembre 2019, un Forum régional des parties prenantes.

Celui-ci se tiendra dans le cadre du dialogue transfrontalier pour la paix dans la région des grands lacs, organisé par Interpeace et ses partenaires. L'annonce a été faite ce lundi 2 septembre par les représentants d'Interpeace, au cours d'une conférence de presse tenue à Léon Hôtel.

Devant la presse, il s'agissait en principe de dévoiler la quintessence de ces assises qui se tiendront sous le ciel bleu de la ville-province de Kinshasa. Lors de ce rendez-vous, une panoplie d'invités sera présente. Notamment, les membres des communautés vivants les conflits, les organisations de la société civile travaillant avec la population sur le retour de la paix en RD. Congo, au Burundi et au Rwanda. Mais également les décideurs de différents secteurs de la vie et les représentants des institutions régionales.

Ces mandatés ont profité pour faire un pas en arrière sur le pourquoi du choix porté sur le thème de recherche «Résilience pour la réconciliation dans la région des grands lacs».

Pacifique Borauzima déclare que "pendant plus de 20, dans la région que vous connaissez avec son histoire des conflits, la plupart de fois les organisations de construction de la paix travaillent sur ce qui ne marche pas". Allusion faite aux multiples problèmes et surtout aux conflits. "Mais, nous avons remarqué qu'en travaillant sur ce qui ne marche pas, cela prend du temps. Nous avons réfléchi sur le besoin d'innover. C'est-à-dire, d'essayer de travailler sur ce qui marche", a laissé entendre le représentant d'Interpeace en RD. Congo.

L'idée ici est en effet d'explorer ce qui marche et tenter de capitaliser là-dessus. Aussi, faudra-t-il construire sur ce qui marche, sans oublier bien entendu ce qui ne marche pas.

De ce fait, le concept résilience ramène à la capacité de la société civile, du gouvernement et des autorités de ne pas abandonner, malgré toutes les conséquences de crise, a renseigné ce dernier.

Indiquons que ce forum rassemble des parties prenantes de toutes les couches sociales venant d'horizons et d'expertises divers. Il s'agit aussi des acteurs clés qui sont concernés au premier plan par les dynamiques de consolidation de la paix au niveau des grands lacs. Au-delà de restituer les résultats de la recherche, il sera aussi question d'approfondir la réflexion sur les capacités régionales et identifier les recommandations pour les acteurs spécifiques, étatiques, les organisations de la société civile afin de répondre aux enjeux de la réconciliation sur base des capacités identifiées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.