Maroc: Défier la gravité avec des "plongeons de la mort"

S'élancer de dix mètres de haut, promettre son corps à un plat douloureux, se recroqueviller in extremis avant l'impact avec l'eau... Passe-temps conçu au départ pour épater les filles, le "døds" séduit des casse-cous décidés à défier les lois de la gravité. Cette discipline née au sein d'une bande

e copains en Norvège il y a près d'un demi-siècle, qu'on pourrait appeler "plongeon de la mort" selon une francisation approximative et sans doute exagérément dramatique, déborde désormais, timidement, les frontières du royaume.

Sveltes, enveloppés, tatoués, bandés, jeunes et moins jeunes, une quarantaine de "dødsers" survitaminés ont ainsi rivalisé d'audace au "championnat du monde de døds" le 17 août à Oslo.

En lice: énormément de Norvégiens, des Suédois, un Espagnol, un Danois et un Finlandais.

Première séquence. Dans le complexe municipal Frognerbadet, au pied du grand plongeoir blanc, on s'échauffe, on s'étire, on fait des pompes ou des poiriers. "On ressent un peu de nervosité, oui", témoigne Morten Falteng, doyen à bientôt 60 ans de la compétition et l'un des pionniers de la discipline, qu'il a commencé à pratiquer avec quatre camarades en 1972.

"On ne réfléchissait pas trop à l'époque, on voulait s'amuser. On plongeait, on sautait, on voulait faire quelque chose de nouveau", se souvient-il, vêtu d'un maillot de baigneur à l'ancienne rayé rouge et blanc. "Et il y avait ces cinq filles qui venaient toujours nous regarder...".

La pratique s'est perpétuée jusqu'à ce qu'un autre groupe de copains norvégiens crée en 2008 le premier "championnat du monde". Un nom alors bien pompeux, le seul alibi international étant qu'un compétiteur avait été adopté au Guatemala...

Deuxième séquence. Perché à dix mètres au-dessus du bassin, on montre ses muscles, on dabbe, on twerke, on harangue les spectateurs en contrebas galvanisés par une musique surpuissante.

Le moteur des "dødsers"? L'adrénaline. "Quand je suis là haut lors d'une compétition, toute la peur disparaît. Je pourrais faire n'importe quoi. Mais s'il n'y avait pas d'audience, je serais pétrifiée", confie Miriam Hamberg, une Suédoise de 22 ans.

Depuis deux ans, l'épreuve s'est ouverte aux femmes, qui concourent dans leur propre catégorie. A chaque fois, cette jeune Suédoise l'a emporté. "Mes frères font ça depuis toujours et moi, je veux toujours faire comme eux, pas question d'être moins bonne", dit-elle.

Troisième séquence: on se jette... Adieu la terre ferme, les corps se propulsent vers deux éléments, l'air et l'eau, qu'il s'agit de dompter. Le temps suspend son vol, ou plutôt, voler suspend le temps.

Deux épreuves se succèdent. Le "døds" classique, où l'on se lance dans le vide, bras en croix comme dans un saut de l'ange, avant de se refermer en boule ou en crevette (pieds et mains devant soi) au tout dernier moment, puis de se rouvrir, juste après l'impact, pour créer un grand splash et éclabousser le plus possible. Et le "freestyle", où saltos spectaculaires, pirouettes insensées et effets "slow motion" donnant l'impression de flotter dans l'air au ralenti sont la règle. Des figures souvent improvisées à la dernière seconde.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.