Afrique de l'Ouest: Intégration énergétique entre ses états membres - L'OMVG tient son reseau électrique interconnecté

3 Septembre 2019

Le rêve de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (Omvg) est sur le point de devenir réalité. Dans les régions de Kaolack, Kaffrine et Tambacounda, des ouvrages destinés au Projet énergie de l'Omvg.

Ce projet vise la réalisation d'une ligne électrique interconnectée reliant les réseaux de ses Etats membres et un barrage hydroélectrique d'une puissance de 128 MW commencent à prendre forme.

Le Sénégal va bientôt bénéficier de sa seconde ligne électrique interconnectée reliant son réseau à celui de la Gambie et des deux Guinées (Bissau et Konakry), grâce au Projet énergie de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (Omvg).

Lancé le 4 février 2017 sur une période de trois ans, ce projet qui est composé de deux volets dont un barrage hydroélectrique d'une puissance de 128 MW et une ligne d'interconnexion reliant les réseaux électriques des quatre États membres est aujourd'hui sur la bonne voie, du point de vue de la réalisation.

En visite de presse avec les responsables du Comité national de suivi des travaux de ce projet depuis hier, lundi 2 septembre, dans les régions de Kaolack, Kaffrine et Tambacounda, en compagnie des autorités administratives de ces régions respectives, l'on a pu constater l'état d'avancement des travaux de réalisations des infrastructures.

A Kaolack, point de départ de cette visite qui a commencé par le site de stockage du matériel destiné au tronçon Kaolack-Mbirkilane à Kahone, pour finir à la centrale électrique de cette même localité (Kahone) où est prévue l'installation de l'un des 4 postes de transformation que le Sénégal doit abriter dans le cadre de ce projet, tout le matériel est sur place.

Il s'agit, entre autres, des câbles de haute tension, des fibres optiques, des pilons et des pièces destinées aux postes de transformation, la plupart dans des caisses non encore ouvertes.

Les ouvriers sont également à pied d'œuvre sur les différents chantiers visités, munis de leurs tenues de travail, chaussures de sécurités et gants de protection.

Coté réalisation, il faut noter que 164 pylônes électriques sur les 447 prévus entre Kaolack et Tambacounda ont été déjà réalisés et près de 228 fondations.

Prenant la parole à la fin de cette étape, pour faire le point, l'adjoint au Gouverneur de Kaolack chargé du Développement, Baboucar Mboundor Ngom, a indiqué que ce projet va contribuer au renforcement des objectifs d'électrification universelle en ce sens que l'essentiel des villages traversés par les lignes seront électrifiés.

Revenant sur la situation des impactés par les ouvrages, l'autorité rassure que la plupart des personnes recensées lors de la phase d'enquête ont été déjà indemnisés à Kaolack.

Poursuivant son propos, il souligne qu'il ne reste environs que 31 cas en cours de traitement et ces derniers concernent des nouvelles implantations sur les sites impactés par le projet.

Au niveau de la région de Kaffrine, l'adjointe au Gouverneur chargée du Développement a également estimé à 67% le niveau des indemnisations dans sa région.

Pour sa part, Ababacar Ndao, Secrétaire général du Comité national Omvg/Sénégal, a expliqué, au sujet des ouvrages prévus dans le cadre de ce projet qui vise le renforcement du système de production et de distribution de l'énergie électrique dans les 4 Etats, qu'il s'agit de 15 postes de transformation haute et moyenne tension dont 4 au Sénégal notamment à Kaolack, Tamba, Kédougou et Tanaff. Le reste est réparti entre la Gambie (2), la Guinée (5) et la Guinée-Bissau (4).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.