Sénégal: Electricité, véhicules administratifs, carburant et logements de fonction - Ces depenses non encore rationalisées

3 Septembre 2019

L'Etat a décidé de "restreindre", à compter du premier septembre dernier, l'abonnement des fonctionnaires auprès des opérateurs de téléphonie mobile, avec "la suspension de tous les appels sortants. Une telle information a été publiée à la UNE du quotidien national, Le Soleil.

Cette décision vient de matérialiser en partie la volonté affichée depuis 2012 du Président de la République Macky Sall de réduire les charges de l'Etat du Sénégal.

Mais cela n'est pas suffisant car, au-delà du téléphone il y a d'autres dépenses plus lourdes qui pèsent sur l'Etat notamment l'électricité, les véhicules administratifs, le carburant et les logements de fonction entres autres

Le président de la République MACKY Sall a concrétisé son vœu de rationaliser les dépenses de communications téléphoniques de l'Etat.

Toutes les lignes de téléphone mobile à la charge de l'Etat ont été restreintes. Une politique de restriction qui va s'étendre, dans deux semaines, aux lignes fixes et enfin,- à l'internet.

Ces mesures permettront au Sénégal d'économiser près de 30 milliards de francs CFA. Une décision à saluer parce qu'elle permettra à l'Etat du Sénégal d'économiser quelques ressources. Mais une telle décision serait-elle pérenne ? Connaitrait-elle un succès ?

En tout cas l'avenir nous en édifiera puisse ce n'est pas la première fois que le Président Macky Sall s'est engagé à réduire les charges de l'Etat.

En 2012, rappelle-t-on, le Président de la République nouvellement réélu, avait affiché sa détermination pour la rationalisation des dépenses publiques en décrétant la lutte contre toutes les formes de gaspillage de nos maigres ressources nationales.

Ainsi des mesures de restriction contre toutes les formes de dilapidation, de détérioration et de gaspillage des ressources publiques, ont été annoncées dans les domaines des logements conventionnés, des véhicules de fonction ou de service, des factures d'eau, d'électricité et de téléphone entre autres.

En décembre 2013, dans son adresse à la Nation pour le traditionnel discours de fin d'année, Macky Sall avait encore réitéré sa volonté de poursuivre sa politique de rationalisation des dépenses publiques en 2014 par la fusion des 4 agences qui prenaient en charge l'emploi des jeunes, mais aussi la réduction des dépenses en téléphone et logements de fonctions du gouvernement. Ce qui permettra disait-il, d'économiser pour la même année 39 milliards de francs.

Ainsi, l'agence nationale pour l'emploi des jeune (Anej), le fonds national de promotion des jeunes (Fnpj), l'office pour l'emploi des jeunes de la banlieue (Ofejban) et l'agence nationale d'appui aux marchands ambulants (Anam) seront regroupés en une seule agence.

Toujours dans sa dynamique de rationaliser les dépenses de l'Etat, à l'occasion de la réunion du conseil des Ministres tenu le 17 avril 2019, le Président de la République Macky Sall avait instruit son ex-Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne de se plancher sur un nouveau dispositif réglementaire sur les conditions d'acquisition, d'affectation, d'utilisation et de cession des véhicules administratifs.

Dans le même sillage, au mois de juillet passé, le chef de l'Etat, Macky Sall avait pris la décision de dissoudre ou fusionner une quinzaine d'agences nationales sur la trentaine qui exercent au Sénégal.

Cette décision s'inscrivait dans le cadre des recommandations phares du Fonds monétaire international (Fmi) pour la rationalisation des dépenses publiques de l'Etat.

Récemment, lors du lancement du Programme d'appui à la modernisation de l'administration (PAMA), le 5 août passé, le chef de l'Etat avait souligné la nécessité de rationaliser les dépenses publiques, mettant en exergue les chiffres de 307 milliards pour l'achat de véhicules en 7 ans et de 17 milliards en factures téléphoniques par an.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.