Cameroun: Daniel Nsang - Acteur, envers et contre tous

Parcours d'un jeune comédien qui a préféré l'univers du cinéma à des études d'ingénierie.

Daniel Nsang débute dans le monde du cinéma, mais déjà, il affole les radars des cinéphiles camerounais. C'est qu'il a tout pour plaire, l'acteur aux yeux brillants, aux faux airs de Majid Michel, la star ghanéenne du cinéma africain. Son rôle et surtout son jeu d'acteur dans la dernière réalisation de Cynthia Elisabeth Ngono, « Trauma », permettent de voir en lui une belle promesse pour le 7e art africain en général et camerounais en particulier. Dans ce film désigné meilleur long métrage camerounais aux « Ecrans Noirs 2019 », Daniel Nsang se met dans la peau d'un enseignant d'art dramatique.

Il vit en chaise roulante suite à un coup de poignard assené par une de ses étudiantes amoureuse de lui. Aliénée mentale, cette dernière persécute la famille de son enseignant, poussée par une obsession amoureuse et meurtrière. Un personnage difficile que Daniel Nsang a su incarner avec tact. Daniel Nsang a beau être débutant, à 29 ans, il n'en est pas pour autant à son premier film. Il a en effet déjà joué dans deux autres productions camerounaises : « Fantasma I » et « Fantasma II ». Des films signés Cynthia Elisabeth Ngono. Il semble que la vision de la réalisatrice épouse bien le style de l'acteur. Leur « liaison » professionnelle qui commence par une rencontre inopinée.

Alors qu'il est inscrit en 4e année dans une école d'ingénierie à Douala, le jeune acteur est approché par un inconnu qui le met en contact avec « Black Films », une maison de production camerounaise. Là-bas, il passe une formation rapide de quelques jours pour répondre aux besoins du projet en cours de finalisation, « Fantasma I ». Cynthia Elisabeth Ngono remarque ses prédispositions et lui donne sa chance dans ce premier volet de la saga « Fantasma », puis dans le deuxième et finalement dans « Trauma » qui est, en quelque sorte, la suite logique. Daniel Nsang a fait de considérables progrès et considère que la formation ne s'arrête jamais. Quant à sa relation avec « Black Films », l'aventure va évidemment se poursuivre. De nombreux projets devraient donner des résultats dans les prochains jours. Dire qu'au départ, ses parents se sont opposés à ce choix. Désormais, ils lui apportent tout leur soutien.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.