Mali: Hélicoptères «Puma» - L'opposition malienne veut une commission d'enquête

Photo: sudonline
Un hélicoptère militaire

En 2017, pour doter l'armée malienne de vecteur aérien, l'État malien a acheté du matériel militaire dont deux hélicoptères de manoeuvre « Puma ». Mais quelque temps après, les appareils ont été cloués au sol.

Le président malien a affirmé il y a quelques mois qu'il s'agissait d'un problème de maintenance. Mardi, au cours d'une conférence de presse, le chef de l'opposition a critiqué la politique de défense nationale, en insistant sur le fait que si les appareils ne marchent plus, c'est à cause notamment de malversations financières. Il a même saisi l'Assemblée nationale sur la question.

Le député, chef de l'opposition parlementaire, estime à son tour que si ces appareils ne fonctionnent plus, c'est à cause des conditions d'achat. « Les hélicoptères, pour sécuriser les populations et les forces armées, ont été achetés dans des conditions très discutables avec de la corruption, avec de la mauvaise maintenance. De l'argent dilapidé, du mauvais matériel acheté qui aurait pu sauver les gens. Et ceci s'est traduit par des morts d'hommes et des villages détruits », souligne Soumaïla Cissé.

« Qui a commandé les appareils ? »

Devant la presse, il a ensuite posé des questions précises. « Qui a commandé les appareils, qui les a payés, qui les a audités ? Je pense qu'il est temps de sortir de l'impunité. » L'élu de la région de Niafunké dans le nord du Mali, a officiellement saisi l'Assemblée nationale pour la création d'une commission d'enquête avec possibilité de saisir la Haute Cour de justice.

« J'ai saisi l'Assemblée nationale, il est important aujourd'hui que les responsabilités soient citées, et ces responsabilités doivent être citées au plus haut niveau », estime Soumaïla Cissé. Des associations et des partis politiques du Mali soutiennent sa démarche.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.