Burundi: Les femmes et les enfants de plus en plus victimes de la crise politique

A l'approche des élections au Burundi, l'inquiétude de la Ligue Iteka est grande. Cette organisation membre de la Fédération internationale des Ligues des droits de l'homme (FIDH) dresse un bilan noir de la situation depuis le début de l'année. Des centaines de morts et surtout une recrudescence chez les femmes et les enfants.

264 personnes tuées, dont près de la moitié de cadavres abandonnés dans les rues, comme en 2015 au début de la crise. 573 Burundais arrêtés, 194 torturés, 34 portés disparus avec une part de plus en plus importante de femmes et d'enfants.

Et ces chiffres ne sont sans doute qu'une estimation au vu de la difficulté des organisations de défense des droits de l'homme à travailler sur le terrain. Anschaire Nikoyagize, président de la Ligue Iteka («dignité» en kirundi, la langue nationale) témoigne.

Les victimes sont surtout les membres de partis d'opposition

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.