Angola: Un gouvernant qualifie de préoccupante la situation des réfugiés

Dundo — Le secrétaire d'Etat à l'Action sociale, Lúcio do Amaral, a estimé mercredi que la situation des 11 910 réfugiés congolais-démocratiques, à Muenhambulo, dans la province du Kassai Central, en République Démocratique du Congo (RDC) était préoccupanteCongo, faute de conditions de survie.

Ce sont les réfugiés installés dans le camp de Lóvua, Lunda Norte, qui, depuis le 19 août de l'année en cours, ont décidé unilatéralement de retourner volontairement et spontanément dans leur pays d'origine.

S'adressant à la presse, à l'issue de sa visite de travail de 72 heures dans la province de Lunda Norte, le gouvernant a informé que les réfugiés étaient actuellement retenus dans cette localité, dans l'attente que le gouvernement congolais crée des conditions de transport qu'ils regagnent leurs régions d'origine. "Les réfugiés sont concentrés dans cette localité le long du fleuve, juste à la frontière de Tchicolondo, sans nourriture, sans eau et sans soins médicaux, des conditions qui relèvent de la responsabilité du gouvernement congolais", a-t-il indiqué.

Il a ajouté que le gouvernement angolais maintiendrait les contacts avec les autorités congolaises et le HCR afin de trouver des solutions urgentes pour retirer les réfugiés de cette région et les distribuer à leur destination. La visite du secrétaire d'État à l'Action sociale visait à vérifier sur place le processus de rapatriement librement consenti des réfugiés congolais et les conditions logistiques des deux côtés (Angola et RDC). Les 11 910 réfugiés déjà en RDC comptent parmi les 18 800 qui ont décidé unilatéralement de retourner dans leur pays d'origine.

Ce processus bénéficie du soutien du gouvernement, qui a fourni 21 camions qui continuent à transporter des réfugiés, ainsi que de la nourriture et une assistance médicale assuré durant le parcours vers les frontières de Tchicolondo et de Chissanda.

Au total, 23 mille 684 réfugiés ont été installés au centre d'accueil de Lóvua depuis mai 2017.

La migration de ces citoyens congolais vers l'Angola a été motivée par une violence extrême et généralisée résultant des tensions politiques et ethniques en RDC.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.