Sénégal: Louga - Renforcement des capacités d'acteurs culturels

Louga — Des acteurs culturels de Louga ont bénéficié d'une session de formation dans les domaines de la création, la recherche de financement, la gestion, etc, à l'initiative de l'Organisation Groupe30 Afrique.

Cette formation qui s'est achevée, mercredi, vise à permettre à ces acteurs culturels de "s'épanouir" dans leur secteur, a dit Oumar Sall, Coordonnateur du groupe 30 Afrique et formateur.

"Nous sélectionnons rigoureusement 10 entrepreneurs que nous accompagnons dans différents modules allant de la recherche du financement à la conception d'idées pertinentes, innovantes, à la gestion, à l'administration", a dit Oumar Sall.

S'exprimant lors de la cérémonie de clôture de la formation d'une dizaine de jours, il a rappelé que le secteur de la culture à l'instar des autres domaines "a besoin de ressources humaines compétentes" dans la création, la diffusion, la production et l'archivage.

La formation, ouverte à toutes les disciplines, le théâtre, la musique, les arts visuels et le digital, a été dispensée à Rufisque et Thiès et va se poursuivre dans les autres régions.

"Nous avons besoin de gens compétents pour pratiquer ces métiers. Un métier s'append", a dit Oumar Sall, soulignant que ce projet de formation a été conçu avec l'accompagnement du ministère de la Culture et l'agence allemande GIZ pour mieux outiller les acteurs culturels.

Selon M. Sall, ces acteurs doivent comprendre qu'ils sont dans un pays, dans des régions où "la richesse (cuturelle) est énorme".

"C'est un patrimoine immatériel sur lequel il faut s'appuyer quel que soit le domaine dans lequel on s'active pour faire la différence pour que l'on sache que telle chose vient du Sénégal, de Louga, de Kaolack... et ainsi éviter de tomber dans le global de la mondialisation", a-t-il dit.

"A Louga, Thiès, Dakar comme dans toutes les régions, il y a une identité locale et cette identité est importante pour la jeunesse. L'idée est de rallier cette identité à un certain savoir qui nous permet de l'exploiter (...)", a expliqué le chef d'antenne Nord de la GIZ "programme réussir au Sénégal", Khalib Abdel.

Selon lui, le but de la formation "est de monter qu'au niveau local, on pourra identifier des secteurs porteurs et les développer, s'y épanouir et avoir un vie descente".

"Il y a beaucoup d'artistes à Louga. L'idée maintenant est de valoriser ce potentiel pour qu'il soit visible par rapport à la région et leur permettre de se développer et de produire par rapport au niveau local et international", a-t-il ajouté.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.