Cote d'Ivoire: Communication publicitaire - Le Csp gagne la première bataille judiciaire

Le bras de fer qui oppose le Conseil supérieur de la publicité (Csp) à la Chambre des afficheurs de Côte d'Ivoire (Cafci) a tourné à l'avantage de l'autorité de régulation de la communication publicitaire en Côte d'Ivoire.

En effet, la justice ivoirienne a débouté la Cafci qui devra, en outre, payer les frais liés au procès. C'est le Secrétaire général du Csp qui a livré l'information, hier. Selon lui, cette décision vient renforcer les actions de la Brigade de lutte contre les manquements aux obligations de la communication publicitaire, sur le terrain.

A en croire Dosso Mamadou, la majorité des afficheurs valide l'opération d'assainissement entamée depuis quelques mois, à travers le District d'Abidjan.

Le Secrétaire général du Conseil supérieur de la publicité fait savoir qu'en plus d'avoir le soutien de l'Etat, l'institution qu'il représente bénéficie de l'appui du Groupement des afficheurs de Côte d'Ivoire (Gaci) et de l'Association nationale des éditeurs et régisseurs en publicité de Côte d'Ivoire (Anerpci).

Par ailleurs, relativement à l'opération qui irrite la Cafci, il a révélé que plus d'un millier de panneaux publicitaires irréguliers ont été démantelés.

« Cette opération se passe plutôt bien. Elle se fait sur la base de l'article 28 du décret N°2007-676 du 28 décembre 2007 portant réglementation de l'affichage publicitaire en Côte d'Ivoire.

Cet article interdit toute pose de panneaux dans les carrefours et les entrées et sorties de courbes.

Plus précisément le décret, dans son article 28, dit qu'en rase campagne, les panneaux publicitaires sont posés à 150 mètres, au moins, des carrefours, des entrées et sorties des courbes », explique Dosso Mamadou.

Prochaine étape dans les actions du Csp, la réorganisation du secteur de la communication publicitaire, avec un renforcement du cadre juridique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.