Zimbabwe: Mort de Robert Mugabe - Pour le pays, un héritage économique catastrophique

L'ancien président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est mort ce vendredi à l'âge de 95 ans à Singapour où il était hospitalisé. Déchu en novembre 2017, il a dirigé le pays pendant 37 années. Un règne qui s'est soldé par un bilan économique catastrophique.

Robert Mugabe a quitté le pouvoir il y a un peu moins de deux ans, laissant une économie zimbabwéenne en plein marasme. Pourtant, la première partie du régime Mugabe avait enregistré une croissance économique respectable.

La dégringolade a commencé au début des années 90, une dizaine d'années après l'accession du Zimbabwe à l'indépendance et depuis, le pays peine à se relever.

Une réforme agraire brutale

L'effondrement de l'économie a été progressif et l'un des principaux facteurs de cette descente aux enfers, c'est l'expulsion violente des fermiers blancs de leurs terres au début des années 2000. Les nouveaux occupants, dont la plupart étaient des « héros » de l'indépendance, n'avaient pas été préparés à exploiter des terres agricoles.

Résultat, cette réforme agraire brutale, qui aurait dû s'étaler sur plusieurs années, a provoqué un effondrement de la production agricole dans ce pays jusque-là considéré comme le grenier à blé de l'Afrique australe.

Suite à cela, Robert Mugabe se brouille avec la Grande-Bretagne, l'ancienne puissance coloniale et l'Occident tout entier.

Des anniversaires somptueux

Le Zimbabwe s'enfonce dans la crise financière. Le chômage bat des records, l'inflation galope dans des proportions dantesques, l'industrie et l'État sont ruinés. Pour faire face aux sanctions occidentales, Mugabe se tourne vers l'Asie, qui le soutient. Mais il laisse la corruption gangrener son régime.

Un héros de l'indépendance qui en vieillissant, se préoccupe peu de son pays. En témoignent des dépenses faramineuses pour ses anniversaires, alors que la plupart des Zimbabwéens vivent dans la misère.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.