Sénégal: Le Comité sénégalais du tourisme installé

Diamniadio — Le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Alioune Sarr, a installé vendredi le Comité sénégalais du tourisme, à l'occasion de la clôture, au Centre international de conférences Abdou-Diouf (CICAD) de Diamniadio, du séminaire de lancement de l'étude sur la stratégie de développement du tourisme et des transports aériens.

Le Conseil sénégalais du tourisme, consacré par le décret 2003-606 de juillet 2003 et remis ainsi au goût du jour, est "un organe consultatif". Sa mission "est de servir de cadre de référence et de concertation entre l'Etat, les professionnels, les territoires, les populations, les touristes et les partenaires techniques et financiers", a dit M. Sarr.

Il estime que le conseil répond parfaitement aux besoins du secteur du tourisme, qui a la particularité de regrouper plusieurs branches d'activité économique, mais aussi d'être tributaire de la santé, de l'hygiène, de la sécurité, de la culture et de l'information.

"L'installation de ce conseil servira également de cadre de travail pour l'étude importante que les cabinets Performances et ESP, sélectionnés suite à un appel d'offres, vont mener pour le Sénégal", a souligné M. Sarr.

C'est d'ailleurs le lancement de cette étude axée sur la stratégie de développement du tourisme et des transports aériens qui explique la tenue du séminaire de Diamniadio. Une rencontre à laquelle ont pris part divers acteurs du tourisme venus de toutes les régions du pays, ainsi que des élus locaux.

Porté à la tête du Conseil sénégalais du tourisme, le président de la Fédération des organisations hôtelières du Sénégal, Mamadou Racine Sy, voit à travers l'installation de cette structure, "une volonté de donner un souffle nouveau au secteur du tourisme".

"Les attentes des acteurs du secteur sont fortes pour faire du conseil un instrument de bonne gouvernance sectorielle, un cadre de référence entre l'Etat, les professionnels, les collectivités locales et les partenaires au développement, une tribune d'échanges avec les populations des zones touristiques qui portent le développement du tourisme à la base", a-t-il souligné.

M. Sy a souhaité que cet organe ne soit pas un "machin de plus", mais un "véritable instrument dans lequel tous les acteurs du secteur (... ) pourront se retrouver et se l'approprier pour fédérer les énergies et les volontés, afin de faire du tourisme un secteur vraiment performant".

Il estime que le Conseil sénégalais du tourisme doit pouvoir "contribuer par des études à la formation et au renforcement des capacités des acteurs, mais également à l'information, l'éducation et la sensibilisation des populations dans les domaines de l'accueil, de la sécurité, de la valorisation et de la protection des zones touristiques".

Mamadou Racine Sy a également appelé le ministre du Tourisme à le "doter de moyens conséquents, pour lui permettre de jouer un rôle efficace, mais également copter les personnalités du secteur qui peuvent apporter [leur expérience]".

"Pour faire du tourisme le premier secteur d'activité de l'économie nationale, il faut doter le crédit hôtelier d'un fonds suffisant d'au moins 15 milliards de francs CFA afin qu'il puisse jouer son rôle", a-t-il ajouté.

Durant la rencontre, les acteurs du tourisme ont échangé sur les orientations de l'étude qui sera menée par des cabinets de consultants pour doter le ministère d'une feuille de route pour le développement des secteurs du tourisme et des transports aériens réunis aujourd'hui au sein d'un même ministère.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.