Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - Le député Prince Kihangi recadre le gouverneur Carly Kasivita

7 Septembre 2019

Selon le député provincial du Nord-Kivu, Prince Kihangi Kyamwami, plusieurs questions sont à revoir dans le Programme quinquennal du Gouvernement provincial du Nord-Kivu, adopté le 4 septembre 2019, par la majorité de députés provinciaux siégeant en session extraordinaire. D'après lui, ce Programme ne semble pas tenir compte de certains aspects qui impliquent le développement du Territoire de Walikale, le plus grand de la province du Nord-Kivu en termes de superficie.

Dans une correspondance du 5 septembre 2019, adressée au Gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, le député provincial, élu du Territoire de Walikale, Prince Kihangi Kyamwami apporte des amendements au Programme quinquennal du Gouvernement provincial du Nord-Kivu.

Du volet sécuritaire, en passant par les volets économique, social, minier, éducationnel, infrastructures ainsi que le volet agriculture, pêche et élevage, Prince Kihangi Kyamwami a énuméré les points à ajouter et à corriger dans ce programme en faveur du territoire de Walikale.

De la sécurité

« En lisant ce programme, nous avons compris que le Gouverneur n'a pas tenu compte des mouvements incontrôlés des populations inconnues observées dans le territoire de Walikale, précisément dans le groupements Walowa-Uroba, Walowa-Luanda à Mianga, Malembe et Busurungi et dans le groupement Kisimba, à Buleuba et aussi dans une partie du groupement Luberike. C'est une situation qui risque de perturber la paix dans la région ; cela n'est pas mentionné dans ce programme. Aussi, dans le cadre de la sécurisation des personnes et de leurs biens, certains éléments rebelles du Groupe Raïa Mutomboki qui se sont rendus auprès des autorités à Itebero ne sont toujours pas encadrés », a fait remarquer Prince Kihangi dans sa correspondance au gouverneur. Il souhaite que le Programme de Carly Nzanzu Kasivita tienne compte de ces aspects car, craint-il, « ça risque de déstabiliser encore Walikale ».

Les mines

Concernant le secteur minier, un des secteurs clés pour le développement économique de la province du Nord-Kivu, l'élu de Walikale a indiqué dans sa lettre qu'au chapitre de la localisation de certains minerais au Nord-Kivu, une confusion a été commise par le Gouverneur du moment où, selon lui, la cassitérite de forte teneur n'a été localisée que dans d'autres entités de la province, alors qu'elle se trouve aussi à Walikale. A en croire Prince Kihangi, c'est une situation qui laisse comprendre comment les recettes générées n'ont pas été rétrocédées à Walikale.

Dans ce même chapitre minier, Prince Kihangi considère que le programme quinquennal du Gouverneur a oublié les vrais conflits qui minent le secteur minier au Nord-Kivu. Notamment, à la Cooperama, dans le territoire de Masisi et entre la société minière Alphamin Bisie Mining SA avec les exploitants miniers artisanaux de Walikale. « Depuis que ces derniers ont été déguerpis du site de Bissie à Walikale, aucune suite favorable leur a été réservé », a-t-il affirmé, avant d'appeler le Gouverneur à remettre les populations de ces deux entités dans leurs droits.

L'économie et éducation

Sur le plan économique, le député Kihangi recommande au Gouverneur de Province de faire de la spoliation foncière et les conflits fonciers une priorité à Walikale où la spoliation des terres est monnaie courante. Il suggère que l'asphaltage des axes routiers Bweremana-Goma-Beni et les bretelles vers les postes frontaliers, puisse s'étendre aussi à l'axe Sake-Masisi-Walikale, au lieu de l'ouverture d'une route en terre battue dans les territoires de Masisi et Walikale. Kihangi rappelle que, Masisi et Walikale sont pourvoyeurs des recettes qui contribuent à plus de 60% au Budget de la province, à travers les activités agro-pastorales et minières.

Parlant de l'éducation, le député Kihangi note que « Le Gouverneur de Province a, dans son programme quinquennal, énuméré seulement deux provinces éducationnelles au Nord-Kivu, au lieu de trois reconnues par la loi. « La province éducationnelle de Masisi-Walikale appelée province éducationnelle 3 et dont le siège est à Walikale, a été oubliée dans le document nous présenté par le Gouverneur. L'appui du Gouverneur pour le bon fonctionnement de cette province éducationnelle s'avère utile. Car, elle est menacée de délocalisation par ses animateurs qui ne voudraient pas vivre à Walikale », a martelé Prince Kihangi.

Dans la même optique, il appelle le Gouverneur à construire une école moderne à Walikale où il y a, selon lui, assez d'espace au lieu de l'envisager seulement dans la partie Grand Nord de la province, tel que le Gouverneur l'a dit dans son discours.

De l'agriculture

En outre, Prince Kihangi recommande la revisitation du Projet d'appui au secteur agricole au Nord-Kivu (PASA-NK). « Il est anormal qu'un si grand projet qui œuvre dans le secteur agricole au Nord-Kivu ne puisse tenir compte que de 5 territoires comme champ d'action en oubliant le territoire de Walikale », considère-t-il. Il sollicite l'intégration de Walikale dans le programme de l'Exécutif provincial, dans la mesure où cela fait partie des territoires qui ont des potentialités agricoles.

Par ailleurs, l'élu de Walikale insinue la « division » dans la terminologie « ethnie majoritaire », utilisée par le gouverneur du Nord-Kivu. « En lisant la page 11 du document que Carly Nzanzu nous a présenté, il a parlé des ethnies majoritaires. J'estime que le terme +majoritaire+ n'est plus d'actualité au Nord-Kivu », a-t-il fait savoir, arguant que « ça frustre et divise les communautés ». « Je demande au Gouverneur de prôner la cohésion sociale pour éviter des idées divisionnistes », a déclaré Kihangi qui voudrait voir le Gouverneur tenir compte de la participation active de Walikale durant son quinquennat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.