Cote d'Ivoire: Images choquantes et profanation de la tombe de Dj Arafat - Des personnes condamnées à 2 ans de prison et d'autres arrêtées par la police

7 Septembre 2019

Nul n'est censé ignorer la loi dit-on. Les personnes qui commettent des infractions pénales sur internet à l'occasion de la disparition du roi du coupé décalé Houan Ange Didier dit Dj Arafat le payeront cher. Hier, le procureur de République près du tribunal de première instance d'AbidjanPlateau, Adou Richard, au cours d'une conférence de presse, a situé l'opinion nationale et internationale sur l'avancement des enquêtes engagées suite à la publication sur les réseaux sociaux des images de la dépouille de l'artiste et de la profanation de sa tombe après l'enterrement.

"Ceux qui ont publié les images de sa dépouille dans son linceul ont été condamnés à 2 ans de prison avec 500 000 FCFA d'amende. Sur les 12 personnes arrêtées pour la profanation de sa sépulture, une dizaine a été déférée et d'autres personnes arrêtées répondront de leurs actes", a-t-il informé. Tout en déclarant la responsabilité pénale des administrateurs des sites avec qui il a eu une réunion avant la conférence. Selon le procureur, plusieurs obligations pèsent sur ces administrateurs.

"Avec fermeté nous allons poursuivre tous ceux qui laissent passer sur leurs sites ou forums des infractions pénales. Internet n'est pas une page de non droit. Tous ceux qui vont faire des publications incendiaires seront traqués partout où ils se trouvent pour répondre devant la loi", avertit le procureur de République, avant de regretter la persistance des dérives et autres infractions à la loi pénale.

À l'en croire, celles-ci se sont accentuées le 12 août, date de la disparition tragique de Dj Arafat avec des publications tendancieuses et accusations gratuites ou appelant la commission d'actes répréhensibles. "Le procureur de la République tient à indiquer que la commission de ses nombreuses infractions à la loi pénale à travers les publications incendiaires ne peut rester impunie. Après la phase de sensibilisation, il est opportun de rencontrer les administrateurs des forums sur Facebook pour leur passer le message de la fermeté extrême avec laquelle les infractions seront réprimées pour rendre internet juridiquement viable ", a-t-il estimé.

Par ailleurs cinq mesures ont été arrêtées avec les administrateurs des sites. À savoir, l'identification totale des membres des forums, la traque et la radiation des cybers-délinquants, l'élaboration d'une charte d'utilisation à faire signer par les membres et la désignation de modérateurs pour surveiller le contenu des messages, supprimer ou interdire les messages non conformes à la charte du forum.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.