Sénégal: Polémique sur l'interdiction du port du voile au lycée Jeanne d'Arc

Cette année, une école a décidé d'appliquer un nouveau règlement intérieur. Le voile est désormais interdit dans les murs de l'institution Sainte Jeanne d'Arc, établissement catholique réputé de Dakar. Des élèves voilées ont été mises à l'écart par la direction. Plusieurs parents d'élèves dénoncent cette mesure.

Maria Nweder, en première, un voile blanc dans les cheveux est devant la porte du lycée. Le jour de la rentrée, la direction lui interdit d'aller en classe, comme à une vingtaine de ses camarades.

« Ils nous ont amenées dans une salle avec toutes les voilées, qui étaient là depuis le matin. On ne savait pas ce qu'on avait fait. Je me sentais rejetée, rabaissée, par mon école, ma seconde famille, qui m'a rejeté pour qui je suis. On ne va pas céder, on ne va pas baisser les bras. Je mène ce combat pour ma religion, l'islam. »

« Ces enfants font partie de cet établissement, ils y sont depuis très longtemps, souligne Virginie Seye, présidente de l'association des parents d'élèves. On ne peut pas hypothéquer leur avenir comme ça, de cette manière. On aurait pu trouver une solution très simple, une solution de paix. »

La direction assure avoir prévenu les parents dès le mois de mai. Une décision critiquée par le ministère de l'Éducation nationale.

« Il y a des crispations qui s'accumulent de plus en plus, dans la société sénégalaise, qu'on ne connaissait pas et qu'on voit surgir aujourd'hui, analyse Bakary Sambe, chercheur et directeur du Timbuktu Institute. Et je crois que nous devons prêter une attention particulière à cette montée des crispations, de part et d'autre. »

Plusieurs élèves voilées cherchent maintenant un nouvel établissement. Certains parents évoquent de futures actions judiciaires contre l'institut Jeanne d'Arc. Le débat enflamme maintenant la presse, dans un pays à 95% musulman.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.