Sénégal: Statut de l'opposition, contrats miniers avec les Turcs, gestion des inondations, etc. - Les recettes d'Abdoul Mbaye et compagnie

7 Septembre 2019

Le Conseil national de l'Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) a tenu, le 31 août dernier, une réunion sous la présidence de son président, Abdoul Mbaye. Dans une note parvenue à la rédaction hier, vendredi 6 septembre, l'ancien Premier ministre et ses camarades ont fait une panoplie de propositions sur certains sujets de l'heure, notamment les inondations notées dans les grandes villes du pays, la question du statut de l'opposition, ou encore les contrats miniers avec les Turcs, sans oublier la récurrence des accidents de la route, entre autres.

En réunion de son Conseil national, tenu le 31 août dernier, sous la houlette de son président, l'ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, l'Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act), s'est penché sur la situation nationale. Dans un communiqué rendu public et sanctionnant ce conclave, Abdoul Mbaye et compagnie ont formulé un certaine nombre de recommandations.

En effet, dans le domaine minier, ils ont tout d'abord qualifié «d'opaque» la signature d'un contrat entre l'Etat du Sénégal et des industriels turcs pour l'exploitation du fer de la Falémé. Tout en exigeant la transparence dans la gestion des ressources naturelles du pays, car estimant que lesdites ressources appartiennent au peuple, Abdoul Mbaye et compagnie ont demandé la publication de manière officielle des contrats incriminés. Ils trouvent «qu'il faudra très rapidement que l'Etat publie officiellement ce contrat et réponde à la question essentielle concernant ce projet industriel: s'agit-il d'un groupe aciériste ou minier afin de ne pas reproduire l'erreur commise avec le choix du groupe Arcelor-Mittal ?»

S'agissant de la saison des pluies qui, certes a démarré très tardivement, mais engendre actuellement un lot de dégâts nés des fortes précipitations enregistrées un peu partout dans le pays, le Conseil national de l'Act s'en est pris à l'attitude du régime du président Macky Sall.

Dans la note, Abdoul Mbaye et ses camarades ont fustigé «l'inertie du gouvernement face aux inondations qui sont réapparues dans les principales villes du Sénégal, créant çà et là, désolation et crainte d'une recrudescence d'épidémies hivernales». Ils ne se sont pas, pour autant, limiter à décrier cette attitude.

En effet, ils rappellent l'existence d'un Plan décennal de lutte contre les inondations (Pdli). Rappelant qu'il a été conçu et mis en œuvre d'octobre 2012 à septembre 2013, avec des résultats probants, ils n'ont pas manqué d'exiger que l'Etat procède à «la réactualisation dudit plan et son application immédiate». Sur un autre registre, notamment la question du statut de l'opposition et de son chef qui semble diviser la classe politique, le Conseil national de l'Act tire la sonnette d'alarme.

Pour Abdoul Mbaye et Cie, «les échanges sur la définition du statut du chef de l'opposition ne devraient pas se faire aux dépens de la préservation et de la défense des droits des opposants». Ainsi donc, ils pensent que l'objectif principal de cette disposition «doit rester la protection des droits des leaders de l'opposition et la fin des persécutions dont ils font l'objet».

La récurrence des accidents de la route notée depuis un certain temps maintenant n'a pas laissé de marbre Abdoul Mbaye et ses camarades. Sur ce point, ils ont attiré l'attention sur l'ampleur de l'hécatombe, non sans mettre sur la table 33 recommandations issues, selon la note, des conclusions d'un séminaire organisé par le parti sur la sécurité routière. A leur avis, la mise en œuvre de ces recommandations «pourrait, à brève échéance, agir sur ces hécatombes en favorisant leur réduction et assurer une plus grande sécurité dans la circulation sur nos routes».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.