Burkina Faso: Présidentielle 2020 - Le président du CDP, Eddie Komboïgo, annonce le retour de son parti au pouvoir

8 Septembre 2019

Le Cdp marche "dignement pour la reconquête du pouvoir", a déclaré son président Eddie Komboïgo lors d'un meeting, à Abidjan

"Le Congrès pour la démocratie et le progrès (Cdp) est de retour dans le coeur des jeunes, des femmes et des hommes aussi bien au Burkina Faso que dans la diaspora.

En 2020, nous allons relever le défi par une victoire aux elections 2020", a lancé, ce dimanche 8 septembre à Abidjan-Port-Bouët, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (Cdp), Eddie Komboïgo.

A l'en croire, le Cdp marche "dignement pour la reconquête du pouvoir". C'est devant des milliers de membres et de sympathisants de l'ex-parti au pouvoir qu'il a rassuré que le Cdp dispose des atouts nécessaires pour reconquérir le pouvoir d'Etat.

"Nous allons nous installer confortablement en invitant les Burkinabés à se reconcilier", a-t-il affirmé. Avant de souligner que le peuple burkinabè doute de la capacité du pouvoir en place à trouver des solutions aux problèmes du peuple.

En fonçant le clou, il a soutenu que depuis le départ de l'ex-Chef de l'État, Blaise Compaoré, le pays vit une "situation catastrophique". "N'ayons pas peur des mots. Le pays va mal. Le peuple demande un changement démocratique.

Nous avons là l'opportunité d'imposer l'alternance en 2020. Nous le ferons ensemble avec les autres partis et forces vives de la nation", a déclaré M. Komboïgo.

Poursuivant, il a indiqué que le parti de Blaise Compaoré a tiré les enseignements du passé. "Nous savons quoi faire.

En temps opportun, nous allons vous présenter notre projet de sociéte", a-t-il annoncé. A tous ceux qui racontent que le Cdp veut revenir au pouvoir pour se venger, il a retorqué: "Nous venger de quoi? Et pour quoi faire?".

A propos de la participation des Burkinabé de la diaspora aux différents scrutins de 2020, il a estimé que le refus des autorites du Faso de ne pas laisser les burkinabè de l'étranger voter avec leur carte consulaire est une "aberration".

"C'est pourquoi, dira-t-il, le Cdp continuera de réclamer l'usage de la carte consulaire biométrique pour les prochaines elections".

A propos des agitations autour du Cdp, il a soutenu que cela relève d'une "conspiration" et d'une "compromission" avec tous ceux qui ont échoué dans la gestion du pays.

Au cours de ce meeting d'Abidjan, le président Eddie Komboïgo a annoncé que son parti tiendra un congrès extraordinaire, le 22 septembre 2019, à Ouagadougou. Parmi les points à l'ordre du jour, outre le toiletage des textes, le parti de Blaise Compaoré désignera son candidat, à la présidentielle 2020.

Selon lui, l'ex-président Blaise Compaoré en exil à Abidjan demeure l'inspirateur de cette formation politique et la source de son énergie.

Retour de Blaise Compaoré au Burkina.

Devant des Burkinabé de la diaspora, M. Komboïgo a pris l'engagement pour un retour dans des conditions honorables de l'ex-président, Blaise Compaoré. "Je peux vous dire que le peuple Burkinabé dans sa grande majorité réclame son retour.

Ceux qui s'acharnent contre lui perdent leur temps". Et de demander aux exilés de tenir bon car le chemin de retour n'est plus loin.

Ce fut l'occasion pour le patron du Cdp d'exprimer sa reconnaissance aux autorités ivoiriennes et au peuple ivoirien pour leur générosité. Par ailleurs, il a dit tout son admiration pour le Président de la République, Alassane Ouattara pour la transformation de son pays. Et salué sa vision d'homme d'Etat.

A ce meeting, l'opérateur économique Burkinabé, président de la Fédération de la filière viande et bétail, Issiaka Sawadogo a demandé aux hommes politiques du Faso de se pardonner.

"Je ne suis pas politicien. Quand tu pardonnes, tu peux tout gérer, dans la vie. Un président qui ne pardonne pas ne peut pas gérer son peuple", fait savoir M. Sawadogo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.