Congo-Kinshasa: Félix Tshisekedi - « Quand on veut changer les choses, on n'attend pas »

9 Septembre 2019

Aussitôt le gouvernement investi, le chef de l'Etat Félix Tshisekedi passe déjà le flambeau au Premier ministre Ilunga Ilunkamba pour la poursuite des projets à impact visible et immédiat retenus dans le cadre du programme d'urgence. Dans un discours, lu dimanche soir sur les antennes de la télévision nationale, Félix Tshisekedi appelle le peuple congolais à s'inscrire unanimement dans la voie de changement. « Quand on veut changer les choses, on n'attend pas », a lancé le chef de l'Etat.

C'est un message à la mobilisation générale dans le sens du changement qu'a lancé, dimanche soir sur les antennes de la télévision nationale, le chef de l'Etat, Félix Tshisekedi.

« Nous devons changer et incarner le changement partout où nous sommes pour que le pays évolue », a indiqué le chef de l'Etat, comme pour mobiliser le peuple congolais à accompagner massivement le vent du changement qui souffle en RDC.

D'entrée de jeu, le chef de l'Etat a décrit le contexte dans lequel il a été obligé de lancer, en mars dernier, le programme d'urgence. « Dans le contexte politique particulier de la période après l'investiture, nous avons commencé à travailler avec les moyens en notre disposition ». Il en a donné d'ailleurs la motivation. « Parce que face au désir ardent de changement immédiat qui traverse tout le pays, nous avions décidé de ne pas croiser les bras en spectateur passif (... ) Parce que quand on veut changer les choses, on n'attend pas de réunir toutes les meilleures conditions ».

Le programme d'urgence a fait son temps. C'est le moment pour le gouvernement Ilunga Ilunkamba, investi depuis le 6 septembre 2019, d'emboiter le pas.

Bilan à mi-parcours

Félix Tshisekedi s'est alors attardé à un exercice de bilan à mi-parcours de son programme d'urgence. « Nous avons lancé le programme des 100 jours. Ce programme ne va sûrement pas résoudre tous nos problèmes en quelques mois. Mais il est un début de solution ». Le chef de l'Etat en a décrit les grandes réalisations. « Nous avons commencé à doter nos villes de certaines infrastructures routières et d'apporter des réponses dans la production agro-industrielle ainsi que dans le domaine de la santé et dans bien d'autres. Nous avons ouvert plusieurs chantiers, un peu partout ».

Il pense que ce programme a ouvert de nouvelles perspectives dans la voie de la reconstruction. « Ces chantiers, une fois finalisés, vont soulager déjà quelques uns de nos problèmes. Certains d'entre nous pourront ainsi rentrer plus tôt chez eux, sans subir le stress des embouteillages ou voyager plus facilement d'une ville à une autre, évacuer plus rapidement leurs produits et les acheminer vers d'autres marchés pour les vendre plus vite. D'autres vont enfin avoir accès avoir l'accès à l'éclairage public, à l'électricité, à l'eau dans leurs habitations ».

D'où sa conviction : « Le programme des 100 jours nous donne la preuve que par notre volonté seule, nous pouvons trouver des solutions à nos propres problèmes ».

L'heure est au changement

Si le programme d'urgence a tracé la voie, Félix Tshisekedi rêve encore plus grand. « Le grand changement que nous attendons, le changement que vous souhaitez, ne sera possible que si chacun de nous tous, Congolaises et Congolais, adopte la même attitude responsable face aux problèmes, aux défis qui sont les siens, qui sont les nôtres ». C'est un appel à la mobilisation générale. « Le vrai changement commence par chacun et chacune d'entre-nous... Nous devons changer et incarner le changement partout où nous sommes pour que le pays évolue. Aussi petit que soit l'impact de l'action que vous pouvez prendre là où vous êtes, elle reste importante pour atteindre l'objectif : le changement ».

Selon lui, ce changement ne devait pas s'arrêter au niveau du peuple, mais bien plus, il doit s'étendre à tous ceux qui détiennent une parcelle de pouvoir en RDC. « A ceux qui sont responsables de la gestion des affaires publiques, le premier signe visible du changement sera celui de votre comportement, de votre compétence dans la gestion de la mission qui vous est confiée par le peuple congolais. Nous sommes au service exclusif des Congolaises et des Congolais. Sachons désormais travailler pour le changement de notre pays ».

Il est temps, pense le chef de l'Etat, de dresser les fronts pour bâtir un pays plus qu'avant. « Je rêve d'un Congo meilleur », dit-il. « Nous avons le devoir de construire un Congo meilleur où tous les enfants, filles et garçons, ont droit à l'éducation, à la santé ; un Congo où aucun enfant ne dort dans la rue ni ne meurt de faim. Un Congo où toute personne orpheline, veuve, vulnérable ou vivant avec handicap est accompagnée par des institutions de l'Etat. Un Congo débarrassé de la haine et du tribalisme. Un Congo où nos femmes ne sont plus violées tous les jours, un Congo où il n'ya plus de guerre. Un Congo où il n'y a pas de provinces contre une autre province ».

En tout cas, Félix Tshisekedi croit en la réalisation de son rêve. C'est le moment pour le peuple congolais de l'accompagner dans ce grand voyage. D'où, son appel du dimanche 7 septembre 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.