Cameroun: L'activiste et militant des droits humains Honoré Aliguena est activement recherché ?

9 Septembre 2019

Son crime est ses accointances avec les activistes établis à l'étranger et dont il servirait de relais sur place. Aussi aura-t-il été pisté par les services de renseignements qui en font une cible privilégiée dans l'optique du démantèlement des membres des groupes activistes agissant aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays, suite au revers récemment essuyé par le couple présidentiel lors de son séjour suisse. Et depuis lors, Honoré ALIGUENA est littéralement suivi en repérage.

Les officiers, une fois son nom prononcé, reconnaissent rapidement le « dossier». Ce d'autant plus que la traque se passe à plusieurs niveaux. «Localement cela a pris beaucoup de temps, vous savez qu'il y a des exigences dans notre milieu, et à l'extérieur, c'est encore un peu plus complexe, il y a d'autres mesures à prendre en compte, même si depuis des mois déjà nos services extérieurs sont au four et au moulin pour plusieurs cas identiques», glisse une voix crédible des services de renseignements. «Pour l'heure, ce que je sais de ce dossier, c'est qu'on a déployé une petite section de Chiens méchants», renforce-t-elle.

Par "Chiens méchants", il faut entendre une section des renseignements camerounais qui ont des missions non seulement obscures, mais aussi et surtout anormales. Leur rôle n'est pas d'offrir du café, encore moins des repas à ceux qu'ils recherchent. En clair donc, aux trousses de Honoré ALIGUENA, se trouve un escadron d'hommes de l'ombre.

Les péchés de cet activiste recherché sans tambour ni trompette sont nombreux. Ils sont cités du bout des doigts par ceux qui sont responsables de ce « dossier », qui savent très bien que l'activiste est en fuite actuellement. Le premier, il lui est reproché une atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, liée à la guerre dans le Nord-ouest et le Sud-ouest, et aussi hostilité contre la Patrie. « Son nom fait partie des gens qui soutiennent les séparatistes en accusant nos soldats d'extrêmes atrocités, des accusations graves visant à saper les efforts du gouvernement Camerounais. C'est une preuve qu'il trahit la République du Cameroun », se convainc-t-on.

Autre raison, Honoré ALIGUENA est présenté comme un activiste assez introduit autant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. Et ses liens avec certains activistes Camerounais bien connus (Emmanuel KEMTA, Patrice NGANANG etc.) courroucent Yaoundé qui voit par là non seulement une défiance à son pouvoir, mais aussi une « coalition du mal ». Cet activiste fait partie de ceux qui sont farouchement opposés aux séjours privés du président Paul BIYA en Suisse et en Europe. « Des éléments à ce sujet laissent voir qu'il est dans les rangs des têtes pensantes des évènements qui, récemment ont largement terni l'image du Cameroun à travers le monde. Il faut couper le mal à la racine, diminuer considérablement, sinon éradiquer tous ces oiseaux de mauvais augure qui à chaque fois, cultivent la haine, la révolte, la désobéissance civile au sein des Camerounais, C'est des choses intolérables, qui méritent d'être sanctionnées avec la plus ferme énergie. Ne nous parlez pas de morale en ce moment-là, c'est d'abord l'image du pays qu'il faut préserver », argumente une voix des renseignements.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.