Libye: Khalifa Haftar refuse de négocier avec Fayez al-Sarraj

La décision de l'homme fort de l'est libyen a été annoncée, le 9 septembre, à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, au cours d'une conférence de presse animée par son porte-parole, le général Ahmed al-Mesmari.

Après avoir catégoriquement rejeté le dialogue proposé par l'ONU, afin de restaurer la paix dans le pays, Ahmed al-Mesmari a déclaré qu'il était trop tard pour reprendre des discussions.

« La solution militaire est la meilleure pour restaurer la sécurité et rétablir la loi », a soutenu le général al-Mesmari, affirmant que la bataille pour conquérir Tripoli était dans sa phase finale, alors que le gouvernement de Tripoli dénonçait l'implication des Émirats arabes unis.

Pour sa part, Ghassan Salamé, l'émissaire de l'ONU pour la Libye, a appelé le Conseil de sécurité à intervenir, pour mettre fin au conflit dans ce payse. « Sans un soutien sans équivoque de ce Conseil et de la communauté internationale dans son ensemble, deux scénarios très désagréables » pointent, a-t-il averti. D'une part, « la poursuite d'un conflit persistant et de faible intensité », d'autre part, « une intensification des soutiens militaires » à l'une ou l'autre partie qui « plongerait l'ensemble de la région dans le chaos ».

En rappel, les combats pour la prise de Tripoli ont fait, depuis le 5 avril, mille quatre-vingt-treize morts et cinq mille sept cent cinquante-deux blessés. Ils ont également forcé cent vingt mille personnes à quitter leurs foyers.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.