Cameroun: Deux ans de prison pour Mamadou Mota, le numéro deux du MRC

Au Cameroun, Mamadou Mota, bras droit de Maurice Kamto, a été condamné à deux ans de prison ferme. Le numéro deux du parti d'opposition MRC a été reconnu coupable d'avoir participé à la mutinerie de juillet à la prison centrale de Yaoundé.

Le 22 juillet, quand le mouvement de colère des prisonniers anglophones éclate, Mamadou Mota est en détention provisoire. Il a été arrêté en juin pour avoir pris part à une manifestation organisée par son parti le MRC, qui ne cesse de dénoncer le hold-up électoral suite à la présidentielle d'octobre, et qui demande la libération de Maurice Kamto et des autres partisans arrêtés au début de l'année.

A l'intérieur du pénitencier de Yaoundé, les détenus réclament l'amélioration de leurs conditions de détention. Ils veulent être jugés dans des délais raisonnables. Certains services de cette prison comme la bibliothèque sont alors incendiés, d'autres saccagés. Et sur une vidéo postée sur les réseaux sociaux, Mamadou Mota apparaît au milieu des manifestants, exigeant une meilleure ration alimentaire pour les prisonniers.

Ce lundi, il a été reconnu coupable de « rébellion en groupe ». Selon son avocat, maître Emmanuel Simh, cette condamnation est purement politique. Son client a plutôt tenté de calmer les détenus, comme l'ont confirmé plusieurs prisonniers au procès. Il a interjeté appel.

Quant à sa participation à la manifestation du 1er juin, la date du procès n'est pas encore fixée. Mamadou Mota sera jugé devant le tribunal militaire au grand dam de son avocat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.