Congo-Brazzaville: Les apprentis magistrats réclament une meilleure formation

Au Congo-Brazzaville, près de 500 apprentis magistrats ont entamé, ce lundi, leur deuxième semaine de sit-in devant le ministère de la Justice à qui il demande une meilleure formation. Ces jeunes se disent abandonnés depuis 2014. Ils veulent un déblocage urgent de budget dans la fonction publique et appellent à l'arbitrage du chef de l'État.

Dans le jardin des droits de l'homme, juste en face des bureaux du ministère de la Justice, ces manifestants se servent d'une cloche, des bidons vides, des vuvuzelas, des fanfares et bien d'autres instruments pour produire un bruit assourdissant. Après avoir épuisé toutes les voies de recours, selon leur propre expression, ils ont résolu d'organiser ce mouvement pour se faire entendre.

« Nous voulons aller en formation. Qu'on prenne un décret et qu'on nous nomme auditeurs de justice et que nous bénéficions des salaires d'auditeurs de justice. À ce moment-là, va arriver par vague la programmation de notre formation », prévient Alexis Kanga Ondélé, premier responsable du collectif.

Le gouvernement alerté

« Nous voulons tout de suite le décret et la formation pour tous, peu importe le lieu », peut-on lire sur une immense banderole déroulée par ces apprentis magistrats qui se disent laissés pour compte.

« On peut dire que nous sommes des laissés pour compte parce que jusqu'alors nous n'avons pas de solution à notre problème. Nous manifestons effectivement pour rentrer pleinement dans nos droits. C'est tout », a lâché un concerné.

Contactée, une source au ministère de la Justice a fait savoir que leur problème est bel et bien sur la table du gouvernement et une solution sera trouvée. « Seule une solution efficace et définitive mettra un terme à notre mouvement », ont prévenu les manifestants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.