Afrique du Sud: Le Nigeria décide de rapatrier ses ressortissants

Photo: Wikimedia
Le Nigeria sur la carte de l'Afrique

Après une semaine de violences xénophobes en Afrique du Sud contre les étrangers, le consulat du Nigeria à Johannesburg a annoncé, le 9 septembre, le rapatriement de quelque six cents compatriotes.

« Ils sont environ six cents maintenant à s'être présentés au consulat pour demander à être rapatriés au Nigeria. La compagnie aérienne Air Peace commencera l'évacuation mercredi avec les trois cent vingt premiers. Et un autre avion sera affrété aussitôt après », a indiqué le consul, Godwin Adamu. La semaine dernière, le ministère nigérian des Affaires étrangères avait annoncé que le propriétaire de la compagnie aérienne privée Air Peace avait proposé d'envoyer un avion de sa flotte chercher les Nigérians qui désirent rentrer au pays.

Selon les estimations données par le consul nigérian à Johannesburg, « plus de cent mille Nigérians vivent actuellement en Afrique du Sud, la première puissance industrielle du continent. L'évacuation devait commencer vendredi mais les immigrés nigérians présents en Afrique du Sud devaient d'abord obtenir un certificat de voyage car beaucoup d'entre eux ne possèdent pas de document de voyage et la validité de leur passeport a expiré », avait déclaré le président d'Air Peace, Allen Onyema.

Ces événements ont entraîné de vives réactions dans de nombreux pays africains, dont le Nigeria, théâtre de violences contre les intérêts sud-africains, en représailles aux attaques xénophobes; en République démocratique du Congo où un consulat d'Afrique du Sud et des magasins sud-africains ont été pris pour cibles de même que des manifestants ont ensuite jeté des pierres sur les vitrines du consulat d'Afrique du Sud à Lubumbashi.

Cette onde de choc touche même le domaine sportif. L'équipe malgache de football a annulé le match amical qui était prévu pour le 7 septembre, en Afrique du Sud, compte tenu des inquiétudes sur la sécurité de sa délégation. Même le transport aérien aussi est impacté. En effet, la Tanzanie a interrompu, jeudi dernier, ses vols au départ de Dar es Salam et à destination de Johannesburg, en raison des violences qui secouent cette capitale commerciale sud-africaine.

Retour à la case départ

La communauté internationale a condamné sans appel les actes xénophobes se déroulant en Afrique du Sud, un pays pour lequel toute la planète s'était levée pendant des décennies pour abolir le régime de l'apartheid. Le peuple sud-africain, devenu amnésique, vient de faire un sublime retour vers la case départ en perpétrant des actes racistes inhumains et barbares à l'état pur pour panser ses plaies socio-économiques. A ce jour, plus de quinze morts ont été enregistrés dans des violences contre les Africains étrangers, provoquant un choc ressenti dans tout le continent.

Ce sont les pires émeutes xénophobes en Afrique du Sud depuis 2008 au cours desquelles des dizaines de commerces, appartenant principalement à des étrangers, avaient été vandalisées et brûlées à Johannesburg et à Pretoria. Ces émeutes ont vu des familles traumatisées, des vies détruites et la tâche s'annoncera immense pour mettre fin au sentiment xénophobe existant au sein de la population sud-africaine. Des cicatrices qui pourraient ne jamais disparaître en raison du taux élevé ( 28%) de Sud-Africains vivant sous le seuil de pauvreté qui fait que les agressions contre les étrangers sont monnaie courante dans le pays de Nelson Mandela.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.