Afrique: Affaire Karegeya - Des mandats d'arrêt sud-africains émis contre deux Rwandais

Ismael Gafaranga et Alex Sugira sont soupçonnés par la justice sud-africaine d'avoir participé, en 2014, à l'assassinat de l'ancien chef des renseignements rwandais, alors en rupture de ban avec le président Paul Kagame. Les mandats d'arrêt les visant interviennent après cinq longues années de procédure judiciaire.

Le 1er janvier 2014, Patrick Karegeya est retrouvé étranglé dans sa chambre d'hôtel à Johannesburg. Dès le début de l'enquête, la justice sud-africaine identifie rapidement quatre suspects et leur lien avec le régime de Paul Kagame. Pour éviter l'incident diplomatique, le parquet refuse d'engager des poursuites et la procédure s'enlise.

Pour David Batenga, neveu de Patrick Karegeya, ces deux mandats d'arrêt sont donc une première victoire. « On a attendu bien trop longtemps. Nous allons continuer de nous battre pour ramener les assassins dans notre pays. Nous n'abandonnerons pas et heureusement, nous vivons dans un État de droit. Ce n'est pas le Rwanda. Donc les obstacles ne feront que retarder la justice, mais nous savons que tôt ou tard, la lumière sera faite. »

Gihanna Kennedy, l'un des avocats de la famille, ne se fait pas d'illusion sur l'issue de ces mandats. Mais un premier coup a été donné et à cette heure, c'est tout ce qui compte, estime-t-il.

« Nous savons parfaitement que le gouvernement rwandais ne va pas extrader ses chefs militaires pour qu'ils aillent à la barre dans un procès en terre étrangère, mais l'Afrique du Sud peut désormais saisir Interpol. Que ces hommes essaient de mettre un orteil en dehors du Rwanda et ils seront arrêtés sur-le-champ. Et ça, c'est un message important, envoyé par une cour indépendante dans un pays indépendant. »

Kigali a toujours démenti la moindre implication dans l'assassinat de Patrick Karegeya.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.