Congo-Kinshasa: Xénophobie en RSA - Une délégation du gouvernement congolais à pied d'oeuvre

Le gouvernement va dépêcher une mission de haut niveau en terre sud-aficaine pour des échanges avec les autorités du pays et les ressortissants congolais victimes des actes de violence qui y sont perpétrés.

Selon le ministre congolais des Droits humains, André Lite, le gouvernement condamne les actes violents de xénophobie en Afrique du Sud et appelle les Congolais à l'apaisement, pour éviter de répondre à la violence par la violence. « Plus jamais le gouvernement congolais n'acceptera de voir ses citoyens se faire humilier à travers des actes inhumains et dégradants, tels que ceux survenus en Afrique du Sud », a-t-il déclaré à Radio Okapi.

Le 7 septembre, le chef de l'Etat congolais, Félix Antoine Tshisekedi, a exprimé son indignation contre ces violences xénophobes. « Je dénonce avec fermeté ce qui se passe en Afrique du Sud », a-t-il déclaré, à l'occasion de la cinquième édition du forum économique "Makutano", à Kinshasa. La veille, l'Eglise du Christ au Congo en avait appelé à l'implication des instances régionales dont l'Union africaine pour mettre un terme à ces actes qui ternissent l'image du continent africain.

La montée de la xénophobie en Afrique du Sud a suscité des réactions violentes contre des intérêts sud-africains, principalement en République démocratique du Congo (RDC) et au Nigeria. En RDC, des manifestations ont été organisés dans les deux grandes villes du pays, à savoir Kinshasa et Lubumbashi. Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a annoncé son déplacement pour l'Afrique du Sud, à la fin de ce mois ou en début octobre.

Sur place en Afrique du Sud, la police a assuré, le 8 septembre, que la situation était désormais sous contrôle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.