Afrique: Appui au secteur privé africain - La BAD et le Japon annoncent une contribution de 1925 milliards de FCfa

9 Septembre 2019

Le secteur privé africain fait face à de nombreux défis : instabilité politique, corruption, alimentation électrique déficiente, accès inadapté au financement, barrières commerciales et manque de personnel qualifié.

A l'occasion de la 7e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (Ticad) qui a eu lieu du 28 au 30 août dernier à Yokohama, le groupe de la Banque africaine de développement (Bad) et le Japon se sont engagés dans un important partenariat. 3,5 milliards de dollars Us, soit environ 1925 milliards de FCfa, est l'objectif commun annoncé par ces deux entités au titre de l'initiative de renforcement de l'assistance du secteur privé à l'Afrique (Epsa4).

«S'appuyant sur les succès remportés jusqu'à présent, le Japon et la Banque ont décidé d'améliorer Epsa en qualité et en quantité afin de répondre aux besoins financiers en matière de développement des infrastructures et du développement du secteur privé en Afrique », a déclaré le ministre japonais des Finances, Keisuke Suzuki.

Le Japon et la Banque se sont tous deux fixé un objectif de 1,75 milliard de dollars chacun (environ 960 milliards de FCfa) pour la période 2020-2022, afin de renforcer la quatrième phase de Epsa pour stimuler une croissance durable et inclusive dirigée par le secteur privé en Afrique, selon le groupe bancaire.

L'électricité, les transports et la santé ont été identifiés comme des priorités clés. Les projets et programmes correspondant à ces priorités clés seront formulés et mis en œuvre conformément aux principes pour l'investissement dans les infrastructures de qualité du G20.

Les pays africains bénéficieront également d'un soutien pour améliorer et créer des environnements commerciaux favorables permettant d'attirer les investissements privés.

« Aujourd'hui marque une autre journée pour célébrer le partenariat fort et percutant entre le Japon et la Banque africaine de développement.

La Banque africaine de développement et l'Agence japonaise de coopération internationale (Jica) sont des partenaires à long terme pour la promotion du développement de l'Afrique. Epsa aide à fournir le soutien indispensable au secteur privé », s'est félicité Akinwumi Adesina, le président de la Bad.

Au cours de Epsa1 (2005-2011), le Japon s'est fixé pour objectif de fournir un milliard de dollars en prêts et 2 milliards de dollars au titre de la deuxième phase (2012-2016).

L'Epsa 3 en cours (2017-2019), le Japon et la Banque africaine de développement coopèrent étroitement pour fournir le montant conjoint ciblé de trois milliards de dollars (plus de 1650 milliards de FCfa).

Bien qu'il soit perçu comme un véritable moteur de croissance, de création de richesse, le secteur privé africain fait face à de nombreux défis : instabilité politique, corruption, alimentation électrique déficiente, accès inadapté au financement.

A cela, s'ajoutent les barrières commerciales et le manque de personnel qualifié. Une situation qui ne favorise pas son développement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.