Congo-Kinshasa: La MONUSCO et le PNUD renforcent les capacités des agents pénitentiaires de Kananga

communiqué de presse

Trente-Sept (37) agents pénitentiaires, dont 17 femmes, de la prison centrale de Kananga ont été formés lundi 9 Septembre 2019 sur le maintien de l'ordre en milieu pénitentiaire. La formation, qui a duré 21 jours, a bénéficié du soutien financier de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO) et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Selon les administrateurs de la prison centrale de Kananga, cette formation était utile, face à certaines faiblesses constatées dans la gestion de la prison de Kananga qui a enregistré, il y a quelques mois, plusieurs cas d'évasions de détenus.

En effet, selon le Chef de la division de la Justice, « les six premiers mois de l'année 2019 ont été marqués à la prison de Kananga par des mutineries avec des violences sur le personnel pénitentiaire, des tentatives d'évasion dont la plus grave fut l'évasion massive du 8 mai 2019. »

Plusieurs actions avaient été entreprises pour résoudre cette situation. Le plaidoyer de l'Unité d'appui à l'administration pénitentiaire de la MONUSCO a abouti au transfert, par le gouvernement provincial, des détenus meneurs vers d'autres prisons et le remplacement du personnel pénitentiaire chargé de l'administration et la sécurité de la prison centrale de Kananga.

Ces nouveaux agents avaient besoin d'une formation à la suite des conclusions d'une visite d'inspection conjointe de la MONUSCO, du PNUD et du Ministre Provincial de la justice.

La formation comprenait 11 modules qui devaient permettre aux apprenants de maitriser les règles qui régissent la profession de surveillants et du personnel pénitentiaire, notamment le maintien de l'ordre en prison ; comment réduire les cas d'évasions et autres incidents sécuritaires.

Les agents pénitentiaires ont par ailleurs appris comment éviter les cas de mauvais traitements et autres violations des droits de l'Homme, ainsi que comment améliorer la santé et l'hygiène des détenus et assurer leur protection.

Le Ministre provincial de la Justice estime que cet apport de l'ONU « est louable dans le renforcement de l'administration pénitentiaire au Kasaï central et d'un intérêt capital pour l'amélioration des droits des détenus ». Il a donc encouragé l'ONU, à travers la MONUSCO et le PNUD, à poursuivre cet effort.

Célestine Assuie, représentant la Cheffe de bureau de la MONUSCO dans la région du Kasaï, a indiqué que la MONUSCO est prête à accompagner le Kasaï central, dans la limite de son mandat.

Cette formation a été cofinancée par la MONUSCO et le PNUD qui l'a fait à travers le projet « Paix, Justice, Réconciliation et Reconstruction ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.