Burkina Faso: La vente des liqueurs et spiritueux en sachets plastiques désormais interdite

10 Septembre 2019

Ils sont vendus dans de petits sachets plastiques à 100 FCFA l'unité ou plus dans quelques kiosques de fortunes dans plusieurs localités du pays.

Ces boissons frelatées nuisent gravement à la santé de leurs consommateurs car échappant à tout contrôle sanitaire et par les services du département en charge du Commerce.

Désormais et à compter du 6 septembre, il est interdit de « produire, d'importer, de commercialiser de détenir, d'offrir à titre gratuit des liqueurs et autres boissons spiritueuses en sachets plastiques » sur toute l'étendue du territoire national.

Cette mesure d'interdiction concerne aussi les bouteilles PET contenant ces mêmes produits de capacité inférieure à 30 centilitres.

Dans cette optique, le ministère du commerce informe que ses services compétents effectueront des opérations de contrôle en vue de procéder au retrait du marché des produits concernés et tout contrevenant s'exposera à des sanctions.

Aussi, un numéro vert a été mis à la disposition des populations pour signaler le non respect de cette mesure.

Le ministère du commerce avait également annoncé la suspension des importations des huiles alimentaires et du sucre jusqu'à nouvel ordre dans le but de soutenir les industries locales.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.