Seychelles: La commission pour la vérité et la réconciliation entame ses premières audiences publiques aux Seychelles

La Commission pour la Vérité, la Réconciliation et l'Unité nationale a ouvert lundi les audiences publiques sur les violations des droits de l'homme et autres griefs qui se sont déroulées aux Seychelles depuis le coup d'État de 1977 jusqu'au retour du multipartisme en 1993.

La commission entendra les dépositions de témoins dans des affaires de meurtre, de torture, de disparition et d'acquisition illégale de propriétés au cours des deux prochaines semaines.

La première affaire entendue lundi matin était celle de Davidson Chang Him, tué par balle le jour du coup d'État du 5 juin 1977. M. Chang Him était l'une des trois personnes qui avaient perdu la vie ce jour-là.

Maxim Ferrari - un ancien ministre du gouvernement de France Albert René, arrivé au pouvoir à la suite du coup d'État qu'il a dirigé - a été le premier témoin à comparaître devant la commission.

Maxime Ferrari a été le premier témoin devant la commission. (Joena Meme) Photo License: CC-BY

Les audiences tenues à la National House ont pour objet d'aider la commission à établir la vérité sur les allégations et d'établir un compte rendu public précis et objectif de ces violations.

La commission composée de sept membres dirigée par l'avocate australienne Gabrielle McIntyre a prêté serment au mois de mai et a commencé à enregistrer les plaintes et les griefs de particuliers au début du mois dernier.

Lors de l'ouverture des audiences, Mme. McIntyre a déclaré que toutes les audiences seraient strictement conformes au mandat de la commission, qui est d'établir la vérité. "L'établissement de la vérité nécessite des témoins et des personnes prêtes à dire la vérité."

La commission demande donc aux personnes possédant des connaissances et des informations sur ce qui s'est passé de se faire connaître.

Michael Green, vice-président de la commission, a déclaré aux journalistes que toutes les informations et preuves rassemblées au cours du processus aideraient les personnes concernées à connaître la vérité, à tourner la page mais aussi, dans certains cas, à obtenir réparation.

«Au moins 58% des plaintes reçues demandent des compensations, tandis que d'autres veulent seulement connaître la vérité ou recevoir des excuses officielles. Mais les compensations devront aussi venir en termes de récompenses monétaires pour ceux qui ont perdu des propriétés », a expliqué M. Green.

M. Ferrari a déclaré qu'il était très heureux d'avoir eu la chance de donner sa vérité sur ce qui s'est passé le jour où M. René a pris le pouvoir et les autres événements qui ont suivi.

La commission, qui a été créée en 2018 après l'approbation de l'Assemblée nationale, offrira au public la possibilité de régler les divisions et griefs politiques antérieurs ayant débuté avec le coup d'État de 1977.

La commission enregistrera les plaintes pendant six mois, processus entamé depuis le mois d'août. À ce jour, plus de 100 affaires ont été déposées auprès des commissaires.

Le processus pour la vérité et la réconciliation menant à l'unité nationale sera mis en œuvre aux Seychelles - 115 îles de l'océan Indien occidental - sur une période de trois ans.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.