Angola: L'État vend cinq usines pour 16 millions de dollars

Luanda — Seize millions de dollars (5,4 milliards de kwanzas) est le montant que l'État angolais a perçu, moins de 64 millions de dollars par rapport au prix espéré, avec la privatisation intégrale de cinq unités industrielles situées dans la zone économique spéciale de Luanda / Bengo, inopérantes depuis 10 ans.

La projection initiale était de percevoir 80 millions de dollars (14,6 milliards de kwanzas), mais le marché a finalement dicté la valeur finale des acquisitions.

Les unités ont été vendues dans le cadre du processus de privatisation des actifs publics, qui a investi dans les cinq unités 30 millions de dollars, selon les données communiquées lundi par le conseil d'administration de l'Institut pour la gestion des actifs et de la participation de l'État (IGAPE). . Il s'agit de la privatisation de la Carton, de l'Indugidet, de la Juntax, de l'Univitro et de la Coberlen, vendues par l'Institut pour la gestion des actifs et de la participation de l'État (IGAPE), qui a remis lundi les premières clés aux nouveaux propriétaires après la signature des contrats d'acquisition.

Aux termes du contrat signé le même jour, les sociétés acheteuses disposent d'un délai de 30 jours à compter de la date de signature pour virer sur le compte unique du Trésor les montants correspondant à l'acquisition de chaque unité industrielle. La cérémonie était présidée par le président du conseil d'administration de l'IGAPE, Valter Barros, et assistée par le président de la Zone économique spéciale (ZEE), Henriques da Silva, des représentants de la Sonangol et des investisseurs. La Carton, une unité de conditionnement de boîtes, a été acquise par l'entreprise Angolissar pour 100 millions 220 mille kwanzas, contre la proposition initiale de trois milliards 26 millions 326 mille et 177 kwanza de la société IGAPE.

L'Indugidet, l'usine d'hygiène et de détergents, a été achetée par la société Azoria pour 3 milliards 337 millions et 200 mille kwanzas contre 6 milliards 82 millions 193 mille ??503 kwanzas en prix de référence.

A son tour, l'industrie du mortier pour la pose et les revêtements muraux, la Juntex a été vendue à la société Ecoindustry à 225 millions de kwanzas, sur les milliards 121 millions, 54 mille 249 kwanzas proposés. L'Univitro, la seule en activité les cinq sociétés, a été vendue à la société Zeepack à 555 millions contre deux milliards 689 millions 453 mille 498 kwanzas. La Zeepack a également payé l'achat de la Coberlen, usine de fabrication de couvertures, investissant 295 millions de kwanzas contre des prix de référence de 685 millions 477 mille 221 kwanzas.

Pour la deuxième phase de ce processus de privatisation, 25 autres unités industrielles de la zone économique spéciale (ZEE) de Luanda / Bengo sont prévues, sur un total de 52 unités installées. Valter Barros, gestionnaire de l'IGAPE, a indiqué à l'occasion que les unités avaient été évaluées il y a longtemps et que les conditions dans lesquelles elles avaient été évaluées n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui. «Lorsque nous avons lancé l'appel d'offres, nous avons défini le prix de référence résultant de cette évaluation réalisée il y a cinq ans. Le marché a finalement dicté les offres de prix que nous avons reçues des investisseurs», a-t-il expliqué. Pour le responsable, la privatisation et mises en service de 45 à 50 unités constituera un "gros" gain pour l'État angolais en termes d'offres d'emplois, vu que c'est l'objectif principal de ce processus.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.