Congo-Kinshasa: Gouvernement - Les remises et reprises dans le folklore

10 Septembre 2019

Les exemples concrets de changement tant souhaité par les Congolais restent rarissimes dans la sphère des institutions de la République, encore moins sur la scène politique. A voir le folklore qui a accompagné l'entrée en fonction de la quasi-totalité des ministres du gouvernement, il y a lieu de craindre que le président de la République soit un homme seul dans sa quête de changement.

La conscience de plusieurs Congolais a été heurtée par le folklore qui a accompagné les cérémonies de remises et reprises dans différents ministères. On en conclut que les nouveaux ministres ont du mal à porter la casaque de changement. Le discours du chef de l'Etat sur le changement de mentalité n'a pas de répondant au sein du gouvernement ! Un paradoxe.

La circulation au centre-ville de Kinshasa, et plus particulièrement, dans les environs du bâtiment Intelligent qui abrite plusieurs ministères du gouvernement, a été perturbée, voire rendue impossible à partir de 9 h00, le lundi 9 septembre. Et pour cause ? Les vice-Premiers ministres, ministres d'Etat, ministres, ministres délégués, voire les vice-ministres qui devaient procéder aux remises et reprises n'ont pas daigné aller à cette cérémonie qui rentre dans l'ordre normal du fonctionnement de l'Etat. Tous ces membres du gouvernement se sont fait accompagner des militants de leurs partis politiques respectifs.

La conséquence : la circulation sur le boulevard du 30 Juin, dans son tronçon compris entre Batetela et rond-point Mandela, a été presque interrompue à cause des embouteillages. Les ministres du gouvernement Ilunkamba n'ont pas lésiné sur les moyens pour louer des bus « Transco » et « Esprit de vie », pour transporter leurs militants depuis les communes populaires jusqu'aux alentours de l'Hôtel du gouvernement, à Gombe. Devant l'édifice et même derrière cette bâtisse, les observateurs ont vu des bus garés, gênant et réduisant la voie. Ce qui a créé des embouteillages monstres tant sur le boulevard du 30 Juin que sur l'avenue de la Justice.

Cette situation a préjudicié notamment les habitants de communes de Ngaliema, Mont-Ngafula, Kintambo, Bandalungwa et même ceux de Gombe. Ceux-ci ont eu du mal à circuler sur ces deux artères de la commune de la Gombe.

50 ans de Djalelo n'ont pas suffi

La question est de savoir pourquoi des membres du gouvernement doivent nécessairement s'accompagner de leurs militants le jour de la prise de fonction dans leurs cabinets respectifs.

C'est dire que tous ces ministres n'ont même pas suivi le message du président de la République diffusé la veille sur la télévision publique, la RTNC, appelant chaque Congolais à apporter sa pierre à l'édifice du changement que prône son programme quinquennal. C'est très grave que des membres du gouvernement continuent à mobiliser leurs militants, juste pour des instants de gloire personnelle.

« Nous devons changer et incarner le changement partout où nous sommes pour que le pays évolue. N'attendons pas pour changer ce pays. N'attendons pas pour prendre des décisions qui vont améliorer le quotidien de chacun ; aussi petit soit l'impact de l'action que vous pouvez prendre, elle reste importante pour atteindre l'objectif : le changement. Le changement c'est l'affaire de tous ».

Au vu de ce qui s'est passé le lundi 9 septembre, autant dire que les membres du gouvernement n'ont rien compris de ce message de Félix Tshisekedi destiné pourtant à tous les citoyens congolais. La République démocratique du Congo a perdu 50 ans dans le « Djalelo », soit pendant 32 ans sous le Maréchal Mobutu et 18 ans sous Joseph Kabila. Il est temps de changer.

Le vent de changement qui souffle formellement depuis l'alternance démocratique pacifique du 24 janvier dernier devrait être porté principalement par les dirigeants. Cependant, ce qui s'est passé lundi est la preuve que même des membres du gouvernement sont encore distraits. Ils ont toujours du mal à se dépouiller de vieilles habitudes tant décriées. Alors qu'ils doivent pousser les Congolais au travail de mentalité en tant que des leaders, ils obligent des milliers de Congolais à venir danser et chanter pour eux en plein jour de la semaine !

La scène que les membres du gouvernement ont étalée hier lundi autour du bâtiment Intelligent est la preuve que le président de la République devrait commencer par inculquer en premier le changement de mentalité aux membres du gouvernement, appelés à être des modèles pour toute la société. Vivement un atelier de recyclage et de renforcement des capacités des membres du gouvernement dans la perspective du changement prôné par le président de la République.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.