Congo-Kinshasa: Economie - Kinshasa se dote de la taxe conventionnelle pour la reconstruction

L'impôt spécial sera perçu uniquement auprès des opérateurs économiques et permettra à la capitale congolaise de se construire à l'instar de la ville de Goma où il est déjà en vigueur.

Une nouvelle taxe vient de s'ajouter à la nomenclature fiscale dans la ville-province de Kinshasa. Il s'agit de la taxe spéciale conventionnelle pour la reconstruction dont le protocole d'accord pour sa perception a été signé, le 9 septembre, entre le gouvernement provincial et la Fédération des entreprises du Congo (FEC). Elle sera perçue uniquement auprès des opérateurs économiques.

Les deux parties représentées par leurs délégués ont eu d'intenses travaux en commissions durant lesquels elles se sont fixées sur le cadre réglementaire de cette taxe instituée par l'ordonnance loi n° 18/004 du 13 mars 2018. Des travaux qui visaient à donner à Kinshasa les moyens de sa politique tout en veillant à ne pas asphyxier la population en limitant les produits qui seront concernés par cette imposition.

A en croire le gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila, cette taxe permettra à la capitale congolaise de se construire en s'offrant des moyens financiers que requiert le défi de son développement. A l'Est du pays, précisément dans la ville de Goma, cette taxe serait déjà perçue et serait même à la base de l'image luxuriante dont jouit aujourd'hui ce chef-lieu du Nord-Kivu reconstruit en un temps record. D'où l'implication de la FEC pour un accompagnement judicieux dans l'application sans heurt de cet impôt salutaire pour la ville de Kinshasa. « Cette taxe va donner des moyens substantiels à la ville afin d'augurer des jours meilleurs pour la population kinoise », a indiqué un membre du patronat congolais. Et d'ajouter : « Goma s'est construit grâce à la taxe spéciale de reconstruction. Kinshasa devrait faire de même ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.